L’arme et les munitions

Belga

La révision de la Constitution, c’est le petit caillou qui irrite au fond de la chaussure. Et qui conduit le gouvernement Di Rupo à se diriger vers la sortie… à cloche-pied.

Les sujets de divergences n’ont pas manqué, au sein du fédéral, depuis deux mois. Normal: plus l’échéance des élections se rapproche, plus les partis se recentrent sur leurs priorités propres. Et la révision de la Constitution, à mener au cours de la prochaine législature, obéit à des stratégies différentes, au Nord et au Sud, en fonction des intérêts de chacun.

Tout cela est un peu compliqué mais diablement important. Comme le prévoit précisément la Constitution, le parlement doit, avant sa dissolution, adopter une déclaration de révision de ce texte et énoncer la liste des articles qui pourront être soumis à modification après les prochaines élections. Sage précaution pour éviter qu’une majorité, quelle qu’elle soit, ne modifie la Loi fondamentale du pays, à son avantage, sans passer par les urnes.

Nous en étions là, hier soir, à l’entame d’une semaine-marathon de clôture du travail parlementaire. Et toujours au même stade, à propos des divergences qui divisent les partis de la majorité. Pour faire bref: faut-il inclure l’article 195 dans la liste des articles constitutionnels à réviser? Celui-là même qui définit les modalités de modification de la Constitution. Autrement dit, faut-il joindre, dans le même paquet, la carte d’accès et le code, l’arme et les munitions qui pourraient être utilisées pour remettre à plat l’organisation du pays?

Côté francophone, tous semblent d’accord pour circonscrire la révision de la Constitution au minimum, à la mise en œuvre de la sixième réforme de l’État. Pour se concentrer sur le socio-économique lors de la prochaine législature…

Alors qu’au nord, le CD&V insiste pour inclure le fameux 195 dans la liste des articles pouvant être révisés. Davantage pour des questions de stratégies que de projet: principalement pour ne pas que la N-VA tire prétexte de cette impossibilité de réformer l’État pour ne pas entrer au gouvernement fédéral! Calcul hasardeux et manipulations d’apprentis sorciers qui pourraient exploser au moment le plus inattendu…