Depuis la mort de Mio, Takumi élève seul leur fils de 6 ans. Maladroit et dépassé, Takumi fait ce qu’il peut, mais rien n’est simple pour lui qui souffre de tocs: il ne peut pas prendre un bus ou aller au cinéma, l’idée d’être enfermé au milieu des gens le paralyse.

Et puis, comme elle le lui avait promis, Mio réapparaît le premier jour de la saison des pluies… mais elle a tout oublié de leur vie commune. On se croirait dans un roman de Guillaume Musso, mais c’est le premier livre traduit en français du Japonais Takuji Ichikawa. Un vrai phénomène au Japon.

Takuji Ichikawa, «Je reviendrai avec la pluie », J’ai lu, 320p.