Plaisirs et affinités littéraires

Deux ans après l’ambitieux Bonheur des Belges, Patrick Roegiers quitte les rives de son pays natal, à propos duquel il a écrit plusieurs livres, pour un essai où il invite le lecteur à partager ses bonheurs et curiosités littéraires.

La traversée des plaisirs s’ouvre par une balade en roue libre dans le monde des lettres où se succèdent joyeusement des listes de toutes sortes (39 raisons d’écrire, les plats préférés des écrivains, la façon dont ils sont morts ou se sont suicidés, les lieux parisiens qu’ils ont fréquentés, 10 conseils de lecture), entre réflexions et citations diverses d’où Roegiers lui-même n’est jamais complètement absent (on y trouve par exemple un palmarès des livres de sa bibliothèque). Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’auteur du Cousin de Fragonard fait le portrait de neuf auteurs qui, d’une manière ou d’une autre, l’ont marqué. Il «dépoussière» ainsi Pérec, Robbe-Grillet, Michaux, Céline, Barthes, Beckett, Leiris Dubillard et Claude Simon, leur rendant leur part d’humanité. Derrière l’écrivain, il évoque l’homme qu’il a parfois connu, n’hésitant pas à raconter l’une ou l’autre anecdote significative de son parcours ou de sa pensée.

Patrick Roegiers, «La traversée des plaisirs», Grasset, 250 p., 20€.