-

Jelle Vanendert soulage les Lotto

Deux ans plus tôt, Jelle Vanendert avait buté sur Gasparotto au sommet du Cauberg. Cette fois, cette même deuxième place s’assimilait à un retour sur le devant de la scène après une longue traversée du désert.

« J’étais confiant avant la course, disait le Limbourgeois. Mais c’est vrai qu’une place sur le podium constitue une bonne surprise. Parce que devant, moi, c’est Philippe, soit le meilleur coureur de classiques de ces dix dernières années…»

Les deux anciens équipiers sous le maillot de la Loterie sont devenus amis au fil du temps. «Nous avons toujours gardé d’excellentes relations et ce doublé belge nous procure donc un plaisir certain, admet Jelle. C’est surtout une preuve qu’il a trouvé son chemin chez BMC alors que j’ai su poursuivre le mien chez Lotto.»

Ce chemin s’est révélé cette saison tortueux pour Vanendert, avec cette fracture du coude en Argentine à l’heure de lancer l’actuelle campagne. «Mes qualités n’avaient pas disparu et la forme est enfin au rendez-vous, se réjouit notre compatriote. Malgré tous ces ennuis, mon employeur a continué à croire en moi.»

Reboosté moralement, Vanendert évoque les objectifs à venir, le mur de Huy ce mercredi, la côte d’Ans dimanche. « La Flèche me convient dans la mesure où j’en connais les moindres recoins mais la raideur du Mur favorise des gabarits plus explosifs que le mien, pense Jelle. J’estime donc que Liège me laisse de meilleures chances.»

Sergeant soulagé

Ce discours ne peut que ravir Marc Sergeant, enfin souriant au sortir de semaines de disette, entre blessures et contre-performances. «Quand une équipe ne marche pas, c’est triste, soulignait le team manager. Chez nous, c’est surtout l’accumulation de malchance qui est en cause. Nous alignions ici une autre équipe, bien préparée et solide.»

Une phalange emmenée par un chef de file qui avait lui-même offert de réduire son salaire afin d’assurer son avenir chez Lotto. «Au-delà du contexte, on n’a jamais douté de Jelle. Il mérite d’autant plus ce résultat qu’il a dû surmonter bien des pépins, » ajoute Sergeant.

Dans un registre plus terre à terre, les points engrangés pour le WorldTour représentent une bouffée d’air frais pour un groupe à la traîne dans la hiérarchie. Avant de céder la place à Monfort, Van den Broeck ou Greipel dans les épreuves par étapes, les chasseurs ardennais répondent présents. « La prestation collective ne souffre aucune discussion, nous avons toujours assuré une présence devant avec Lightart, un excellent Tim Wellens et Vanendert à la conclusion

Wellens, un talent porteur d’espoir, a d’ailleurs promis qu’il serait au rendez-vous à la Flèche.