TENNIS - Tournoi de Monte-Carlo (ATP)

L’incroyable semaine de Stanislas Wawrinka

L’incroyable semaine de Stanislas Wawrinka

Wawrinka: «Roger (Federer)est l’un des plus grands joueurs de tous les temps, c’est un honneur de pouvoir jouer contre lui». Et que dire de gagner! AFP

Après avoir gagné son premier Grand Chelem, l’Open d’Australie, en janvier (face à Rafael Nadal), Stanislas Wawrinka a décroché le premier Masters 1000 de sa carrière dimanche en finale à Monte Carlo, privant au passage son compatriote Roger Federer de l’un des très rares tournois qui manque à son palmarès.

Le N.3 mondial s’est imposé 4-6, 7-6 (7/5), 6-2, infligeant à Federer sa 4e défaite en finale sur le Rocher, après trois échecs en 2006, 2007 et 2008, à chaque fois face à Nadal.

Pas de 22e Masters 1000 donc pour «Roger», qui a remporté tous les tournois portant ce label sauf ceux de Monte-Carlo et Rome, et qui pensait peut-être avoir fait le plus difficile samedi en sortant en demi-finale le tenant du titre, Novak Djokovic, le N.2 mondial. Visiblement diminué par une blessure au poignet, le Serbe venait de remporter quatre Masters 1000 d’affilée (Shanghai, Paris-Bercy, Indian Wells et Miami).

Amis sur le court, les deux Suisses, qui viennent de qualifier leur pays pour les demi-finales de la Coupe Davis, ont disputé dimanche la première finale 100% helvète sur le circuit ATP depuis celle qui avait opposé Federer à Marc Rosset en 2000 à Marseille.

Wawrinka confirme ainsi son nouveau statut de grand joueur sur terre battue, à quelques semaines de Roland-Garros, après avoir sorti facilement en demi l’Espagnol David Ferrer, le tombeur de Rafael Nadal en quart. Un Nadal qui n’avait pas été absent de la finale à Monte Carlo depuis dix ans.