SPECTACLE

Les Gavroches au Cirque royal

Les Gavroches au Cirque royal

Devenu patron d’une salle de music-hall, Chris voit sa salle menacée de vente. Un spectacle qui mêle danse, chanson et bonne humeur.

L’école de danse de Joëlle Morane investit le Cirque royal pour un second spectacle dans le cadre de «Make a wish». La troupe travaille d’arrache-pied.

Un an après la comédie musicale A New Musical Hall, la troupe de Jöelle Morane revient au Cirque royal avec un spectacle intitulé Les Gavroches du Music-hall. Joëlle Morane, c’est un gage de qualité. Régulièrement invitée à Vivement dimanche de Michel Drucker avec sa troupe, elle a participé à de nombreux shows.

Ce nouveau spectacle est joué au bénéfice de Make a wish, l’association qui réalise les rêves d’enfants malades. À quelques jours de la grande soirée, le point avec Joëlle Morane.

Les Gavroches, c’est la suite du spectacle de l’an dernier?

Oui, c’est la suite, que j’ai écrite avec Sam Touzani. L’an dernier, on était dans le rêve de Chris qui se voyait producteur de spectacle. cette fois, l’action se déroule dans la réalité. Le music-hall de Chris est mis en vente et la troupe doit quitter les lieux dans les deux heures. Ils font donc leur spectacle d’adieu, mais on ne sait pas si à la fin, le théâtre va finalement être vendu…

L’an dernier, vous aviez accueilli Lara Fabian, Richard Ruben, Ophélie Fontana et Tatiana Silva sur scène. Et cette année?

Cette année, j’ai voulu donner un coup de pouce à de jeunes artistes. Il y aura Bob Duke, un jeune chanteur de 18 ans qui a la même voix que Joe Cocker, ainsi qu’une jeune violoniste du même âge, Mathilde de Jenlis et Alexia Waku, qui joue la maman de Chris ainsi que la chanteuse Brigitte Stolk, qui joue sa sœur.

Vous avez organisé un casting pour les recruter?

Non! Vu que je travaille sur d’autres spectacles durant l’année, je fais des connaissances…

On suppose que c’est beaucoup de travail…

Nous y travaillons depuis novembre, mais ce n’est que depuis lundi dernier que nous répétons les chorégraphies et la mise en scène, avec Sam Touzani.

Ce spectacle, c’est un peu l’aboutissement de l’année pour les élèves de votre école?

Oui, même s’il ne s’agit pas d’un spectacle de fin d’année. Il y a eu une sélection des jeunes que l’on retrouvera sur scène.

Vous avez des anciens élèves qui sont devenus professionnels?

Oui. J’ai un garçon qui est dans Dream Girls à Broadway, j’ai un autre qui a dansé pour Madonna et une fille qui est à l’Académie princesse Grace de Monaco comme danseuse classique.

C’est une fierté?

Tout à fait, même si le but de mon école n’est pas de devenir professionnel. Mon but, c’est de casser le quotidien et de donner du rêve aux enfants.

Il y avait normalement une date au Casino de Paris au mois de mai qui a été annulée. C’est partie remise?

On l’espère. Il y avait un trop gros risque d’être déficitaire. On va donc d’abord tenter de trouver des partenaires pour assurer l’aspect financier.

«Les Gavroches du Music-Hall», au Cirque royal, dimanche 27 avril, 16 h, 20, 30 et 36€ (02 218 20 15 ou www.ticketnet.be ou www.fnac.be)