L’étrange Benjamin Button

RTBF

En adaptant la – courte – nouvelle de Francis Scott Fitzgerald parue en 1922, David Fincher en a surpris quelques-uns. Le réalisateur de Seven et de Fight Club nous avait habitués à des univers plus sombres.

Pour sa première incursion dans la comédie romantique, le bilan est mitigé. L’histoire est évidemment extraordinaire: Benjamin Button présente la particularité de naître dans un corps de vieux, corps qui va rajeunir au fur et à mesure qu’il vieillit. Mais en plus de cela, il va vivre une histoire d’amour extraordinaire, mêlée à une épopée qui le mènera même à Mourmansk, en Russie.

Si l’on est captivé par la prouesse technique de vieillir puis de rajeunir Brad Pitt tout au long du film, on ne peut s’empêcher parfois de regarder sa montre, le film (quasi 3 h) présentant certaines longueurs. Nominé 13 fois aux oscars en 2009, Benjamin Button ne recevra finalement que trois statuettes dans des catégories mineures. Ce n’est pas pour autant qu’il faut le bouder. Le duo d’acteurs – Brad Pitt-Cate Blanchett fonctionne très bien et la réflexion sur l’existence que le film suscite n’est pas inutile.M.U.

La Une, 22.05