En béton, pratique et esthétique

Rénover est l’occasion de repenser le fonctionnement interne. Déplacer l’escalier peut alors donner une tout autre perspective de vie dans la maison.

Trait d’union entre les étages, l’escalier, déplacé ou pas, mérite une attention particulière. Un escalier mis à neuf, participe activement à l’embellissement de la maison de par son esthétique. Plus qu’un lieu de passage fonctionnel, l’escalier devient un objet déco grandeur nature, voire une véritable sculpture, pour peu qu’on lui en donne les moyens. À ce titre, le béton compte beaucoup d’atouts. En effet, ce matériau étonnant peut donner à voir plus de visages qu’il n’y paraît! Aux escaliers bruts très en vogue dans les maisons d’architecte, s’ajoutent d’autres caractéristiques moins connues mais tout aussi probantes: textures, teintes, formes… Les escaliers en béton plaisent et se plaisent partout, dans les intérieurs contemporains comme dans les habitations plus anciennes, créant une belle alternative aux variantes plus classiques en bois.

De l’esthétique, mais pas seulement!

Élégant et original, en béton, il ne passe jamais inaperçu; ses avantages ne se limitent pas à sa simple présence. En vedette, notons ses qualités de robustesse et de durabilité: le béton est en effet très résistant à l’usure et de plus, il réclame très peu d’entretien. Un autre avantage est le confort acoustique qu’il procure. A contrario des escaliers en bois ou en métal, l’usage des marches en béton n’est pas source de bruit, ce qui, dans certains cas, peut faire la différence. Enfin, citons aussi le caractère ignifuge du béton; il apporte un supplément de sécurité en même temps qu’un apport d’inertie au bâtiment. Très utile pour la régulation thermique été comme hiver.

Un seul matériau pour des escaliers multiples

Il est possible de couler l’escalier sur place, de poser une volée de marches préfabriquées en atelier, ou encore de recouvrir les marches d’éléments décoratifs. La finition souhaitée guidera le choix du type de modèle.

Un escalier brut demandera une réalisation sur place, avec un coffrage et un coulage in situ, tandis qu’une version plus raffinée pourra être apportée par un escalier préfabriqué, à la finition plus lisse. Les possibilités dépendront évidemment aussi du degré de rénovation de la maison. Une rénovation légère ne permettra probablement pas la pose d’un escalier complet préfabriqué, par manque d’accessibilité. Il faudra dans ce cas envisager de couler les marches ou de poser des éléments plus petits.

Un look «fifties» remis au goût du jour

L’engouement actuel pour le design des années 50 et 60 remet au goût du jour un matériau un peu oublié, injustement: le granito (photo horizontale ci-dessus). Il s’agit d’un béton dont la composition a été affinée. La proportion de sable est diminuée au profit des granulats, sélectionnés selon leur calibre et leur teinte, en fonction du résultat esthétique souhaité.

Spécialisé depuis plusieurs générations dans la réalisation de granito, l’entrepreneur Jean-Louis Bernardin, installé à Liège, partage son expérience sur l’usage que l’on peut en faire pour la réalisation d’escaliers.

«Le granito est particulièrement recommandé pour les endroits de passage comme les escaliers, car il est très résistant, mais son atout essentiel réside dans son esthétique et l’élégance qu’il apporte aux intérieurs, explique Jean-Louis Bernardin. Les variations de teintes et d’aspects sont quasi infinies.»

Au niveau de la mise en œuvre, le granito, comme le béton classique, est réalisé en éléments préfabriqués en atelier ou coulé sur place. C’est le polissage fin de sa surface qui en révèle la beauté et apporte de la brillance au final, pour le plaisir des yeux.

www.infobeton.be