SAINT-GILLES

Saint-Gilles : l’attaque destinée à libérer un baron français de la drogue ?

Saint-Gilles : l’attaque destinée à libérer un baron français de la drogue ?

Le prisonnier français devrait bientôt être extradé vers la France. Belga

Le commando de quatre hommes, qui a essayé de pénétrer dans la prison de Saint-Gilles dimanche soir, aurait tenté de faire évader un baron français de la drogue, Mohamed Benabdelhak, a-t-on appris de sources judiciaires.

Pour le moment, le parquet de Bruxelles n’a ni confirmé, ni infirmé l’information. Arrêté fin janvier 2014, Mohamed Benabdelhak devrait bientôt être extradé vers la France où il est recherché pour trafic international de drogue.

Condamné à trois ans de prison pour trafic de drogue en 2005, Mohamed Benabdelhak sera à nouveau arrêté en 2008 car la justice française le suspecte notamment d’être le responsable de l’importation de 580 kilos de cannabis trouvés lors d’une perquisition à Ravenel, dans le nord de la France.

Cependant, le 18 novembre 2008, un commando de six hommes armés de mitrailleuses le libère alors que les policiers et le gangster étaient en route vers le tribunal pour un interrogatoire avec le juge d’instruction de Beauvais. Les membres de ce commando seront rapidement arrêtés après les faits, près de Dortmund, en Allemagne, mais Benabdelhak réussit à s’échapper.

De nombreux mandats

En décembre 2008, le gangster fait un séjour dans une prison marocaine, mais le Maroc refuse son extradition car l’homme a également la nationalité marocaine. Signalé par la France au niveau international, il était, depuis 2008, activement recherché par tous les services de police français.

Le 24 mai 2012, Mohammed Benabdelhak est condamné à 10 ans de prison en France pour avoir été le chef d’une organisation criminelle spécialisée dans le trafic international de drogue.

Le FAST (Fugitive Asset Search Team) de la police fédérale, a pu le localiser le 23 janvier dernier dans le centre de Bruxelles où il avait loué un appartement pour un mois sous une fausse identité. Lors de son arrestation, il était en possession de faux documents français.

Le juge d’instruction bruxellois a décerné trois mandats d’arrêt contre l’homme, sur base des trois mandats d’arrêt européens décernés par les parquet français de Bordeaux et Beauvais. Le premier mandat d’arrêt porte sur une affaire de drogue de 2008, le second concerne l’évasion spectaculaire de 2008 et le dernier se base sur sa condamnation en 2012. La France a demandé l’extradition de Mohamed Benabdelhak. La justice belge se prononcera sur cette demande sous peu.