Bertrand Cantat retrouve la scène

Ce concert était le début d’une tournée de 75 dates, dont beaucoup affichent déjà complet. AFP

Douze ans après le dernier concert de Noir Désir, Bertrand Cantat a retrouvé son public vendredi soirà Clermont-Ferrand.

Vendredi soir, c’était la première date très attendue de la tournée européenne du groupe Détroit, formé par Bertrand Cantat et Pascal Humbert.

Cantat – dont la carrière s’est brutalement arrêtée en 2003 après le meurtre à Vilnius de sa compagne, l’actrice Marie Trintignant – a mis un peu de temps avant de donner sa pleine mesure. Il a fallu trois chansons pour détendre l’atmosphère dans une salle bondée qui l’a pourtant accueilli chaleureusement.

Dès le deuxième morceau, Bertrand Cantat s’est attaqué à un des titres les plus intenses de l’album, Horizons, sur ses années de prison. Les yeux au clos, la tête tournée vers le ciel, immobile derrière sa guitare, il l’a chanté pour lui-même, comme s’il s’agissait encore d’une répétition face à une salle vide. Il semblait encore dans sa bulle en entamant Des visages, des figures, chanson-titre du dernier album de Noir Désir, malgré la ferveur du public heureux d’entendre un classique. Ce n’est qu’à la fin du titre qu’il a enfin trouvé les mots. «Vous dire qu’on est très heureux d’être là aujourd’hui avec vous, c’est pas grand-chose par rapport à ce que l’on vit vraiment. Merci tellement d’être là», a-t-il lancé, avant qu’un spectateur lui réponde du tac au tac: «Au boulot!» Dans un éclat de rire, Betrand Cantat s’est alors enfin relâché, retrouvant les automatismes de l’homme de scène qu’il était du temps de Noir Désir.

Pour cette première date, au début d’une tournée en France, en Belgique et en Suisse, Détroit s’est encore montré appliqué, tout comme le public, qui a écouté attentivement mais sagement. Il a fallu attendre les deux rappels pour que le concert prenne vie. Après Droit dans le soleil, premier extrait d’Horizons, le groupe s’est lancé dans un «best-of» de Noir Désir avec Fin de siècle puis Tostaky ,Des armes,Le vent l’emportera et Comme elle vient. Après deux heures de spectacle, Betrand Cantat a quitté la scène, le poing levé.