Les réactions à la situation en Ukraine se sont multipliées tout au long de la journée de dimanche. Voici quelques-unes des plus marquantes.

Moscou: «Cesser la guerre contre leur propre peuple»

«Nous exigeons des hommes de main de Maïdan, qui ont renversé le président légitime d’Ukraine, de cesser immédiatement la guerre contre leur propre peuple», a déclaré le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch. Nous condamnons vivement les tentatives de recours à la force contre les manifestants et les militants avec l’aide de combattants du (NDLR: parti nationaliste) Secteur Droit et d’autres groupes armés illégitimes.»

Ban Kimoon: un maximum de retenue

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé tous les protagonistes de la crise en Ukraine à «faire preuve du maximum de retenue» et à dialoguer pour faire baisser la tension. Se déclarant «très inquiet», M. Ban «invite toutes les parties prenantes à s’efforcer d’apaiser la tension et à respecter la loi».

Paris appelle à la retenue

«La France condamne très fermement les violences survenues hier et aujourd’hui dans cette région. Nous appelons toutes les parties à la retenue et au dialogue afin qu’une solution pacifique à la crise se dégage rapidement. Chacun doit œuvrer à la désescalade», a affirmé le ministre des Affaires étrangères, M. Fabius.

Biélorussie contre une fédéralisation

«Si vous voulez préserver l’Ukraine en tant qu’État uni, et personnellement je veux que l’Ukraine soit un État uni […], je le veux vraiment, alors il ne faut pas d’une fédéralisation», a dit le président bélarusse Alexandre Loukachenko.

Allemagne: situation dangereuse

«La situation est «hautement dangereuse, a estimé le ministre allemand des Affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier. J’attends que la Russie montre des signes clairs de désescalade . Le retrait des forces armées des frontières en fait partie. C’est ce que nous avons toujours dit ces derniers jours.»

L’Union européenne chèvrechoutiste

Catherine Ashton a invité une nouvelle fois la Russie a «respecter l’intégrité territoriale du pays», à «retirer ses troupes massées près de la frontière et à cesser toute opération visant à déstabiliser l’Ukraine.» Elle a dans le même temps invité les autorités ukrainiennes «à continuer à montrer de la retenue dans les opérations entreprises pour rétablir leur autorité.»

L’Otan met en garde

Anders Fogh Rasmussen a appelé la Russie «à apaiser les tensions et à retirer les très nombreuses troupes, notamment les forces spéciales présentes dans les zones proches de la frontière. Toute nouvelle ingérence militaire, sous quelque prétexte que ce soit, aura pour conséquence d’isoler davantage la Russie sur la scène internationale.»