ROYAUME-UNI

Pensant souffrir d'un cancer, il tue sa mère, puis se suicide

Pensant souffrir d'un cancer, il tue sa mère, puis se suicide

REPORTERS

Un Anglais de 55 ans a commis un geste fou : pensant souffrir d'un cancer, il a tué sa propre mère, avant de mettre fin à ses jours.

L'hypocondrie de Stephen Dohoney lui aura coûté très cher. Persuadé, à tort, d'avoir un cancer, cet Anglais de 55 ans vivant dans la banlieue de Manchester, a effectivement mis fin à ses jours juste après avoir poignardé sa mère, avec qui il vivait.

C'est le quotidien britannique le Daily Mail qui relate cette histoire. Stephen Dohoney, terrorisé à l'idée d'avoir un cancer, n'a pas supporté l'idée que son médecin lui annonce qu'il était atteint d'une sarcoïdose, une maladie pourtant sans gravité. Une information qui a effrayé le quinquagénaire, qui a donc choisi une solution radicale.

Sur le lieu du drame, les enquêteurs ont retrouvé une lettre laissée par le défunt. "Je ne peux plus continuer à vivre, je vais faire une nouvelle dépression", écrivait-il. "Maman n'aurait pas pu survivre sans moi et aurait dit que c'était également de sa faute, donc j'ai préféré l'envoyer au paradis. Nous avons vécu toute notre existence ensemble, nous devons également mourir ensemble."

Un antécédent familial

Un acte fou qui est toutefois explicable par les antécédents familiaux de Stephen Dohoney, dont le grand frère était décédé des suites d'un cancer en 2012.

Depuis, cet employé du département du Travail et des Retraites vivait avec la hantise de subir le même sort, lui qui avait dû arrêter de travailler pour s'occuper pleinement de sa mère, qui déclinait sur le plan mental et physique depuis la disparition de son premier fils.

Les enquêteurs ont toutefois conclu que l'homme devait "sans doute souffrir de problèmes psychologiques."