Parlement wallon/judiciaire

Van Cau : les députés confirment

Van Cau : les députés confirment

Une seule prévention sur un vieux dossier: l’ancien ministre-président wallon passe entre les gouttes. Belga

Les députés wallons ont confirmé le vote de la commission des poursuites : Van Cau ne pourra être poursuivi que sur base d’une seule prévention.

Le débat à huis clos a commencé un peu après 21 heures vendredi soir, en séance plénière du Parlement wallon. L’affaire a duré moins d’une heure au total.

Les députés wallons devaient confirmer (ou pas) le vote intervenu en commission des Poursuites la semaine dernière dans le dossier Jean-Claude Van Cauwenberghe (nos éditions du 4 avril).

La majorité des élus a approuvé le rapport de la commission qui leur était soumis. Ce qui signifie que la Justice, qui veut faire comparaître l’ancien ministre-président wallon PS devant la cour d’appel de Liège, ne pourra le poursuivre que sur base d’une seule prévention (sur les six présentées soutenues par le procureur général de Liège Christian De Valkeneer). Et dans un seul dossier (Arcade) au lieu de quatre.

Il s’agit de la prévention de prise d’intérêt dans le dossier Arcade, soit l’achat de mobilier par le cabinet de Jean-Claude Van Cauwenberghe à l’Élysette. Les faits se sont produits il y a près de 14 ans. Autrement dit, le dossier pourrait être prescrit par la chambre des mises en accusation.

Van Cau était alors ministre-président et la justice considère qu’il a voulu favoriser un de ses amis de longue date: le patron de la société Arcade, Jean-Pierre Paquet, décédé depuis. Les autres préventions (trafic d’influence, faux, corruption…) et les autres dossiers (Immo Congo, Point de Mire, Beaumont) tombent à l’eau.

Pirlot: la levée bien votée

Les députés devaient aussi se prononcer en plénière et toujours à huis clos sur un autre dossier: celui de Sébastian Pirlot, député-bourgmestre PS de Chiny.

Pour rappel, celui-ci est cité à comparaître pour délit de fuite devant le tribunal de police d’Arlon à la suite d’un accident de roulage mineur.

Quand il a appris que ce dossier surgissait soudain en commission des poursuites à la demande de la justice, Sébastian Pirlot a lui-même demandé la levée de son immunité pour pouvoir se défendre correctement.

La commission des poursuites n’avait donc pas tergiversé: vote positif pour la levée d’immunité. Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait confirmé ce vote jeudi. Les députés wallons ont suivi.