Et pendant ce temps, Coyote se porte bien

Coyote, c’est ce petit boîtier connecté qui vous avertit des contrôles radars. Des informations alimentées et partagées en direct par une communauté de 485 000 conducteurs belges.

Il n’y en avait encore que 70 000 en 2009. Avec la France, la Belgique est d’ailleurs le pays où la «communauté Coyote» est la plus importante.

Ce succès est-il lié à la multiplication des radars sur les routes belges? Oui sans doute, mais pas seulement. «Ce n’est pas parce qu’on installe trois nouveaux tronçons radars que nous constatons un pic dans nos ventes», indique Caroline Miecret de Coyote Benelux.

Si la volonté d’éviter les PV pour excès de vitesse reste la principale motivation des abonnés aux services Coyote, elle n’est pas la seule.

«Nous avons aussi développé toute une série de services liés à la sécurité routière et qui intéressent aussi beaucoup les utilisateurs de Coyote», poursuit Caroline Miecret. On citera par exemple le système «embouteillage intelligent» qui permet d’être informé en direct des zones de congestion et de l’estimation du temps nécessaire pour en sortir. En collaboration avec la police, des informations de sécurité (le signalement d’un conducteur fantôme par exemple) sont également accessibles via l’appareil embarqué.

Aujourd’hui, la société qui commercialise le Coyote joue d’ailleurs surtout de l’argument sécurité routière pour vanter son produit. Fin 2013 elle a ainsi communiqué les résultats d’une étude qui montre que 94% des utilisateurs déclarent ralentir plus tôt à l’approche d’une perturbation, 98% roulent plus sereinement, 94% se disent plus respectueux des limitations de vitesse et 89% ne freinent plus en urgence à l’approche des radars.