enseignement

Un peu moins de diplômés en 2013

L’évolution du nombre de jeunes belges diplômés du supérieur est fulgurante depuis dix ans. Sauf en 2013 où elle baisse subitement.

L’Union européenne ambitionne pour 2020 de faire d’au moins 40% des Européens âgés de 30 à 34 ans des hauts diplômés. En Belgique, on est déjà à 42,7% de diplômés du supérieur universitaire ou non. Une vraie réussite qui se confirme depuis plus d’une décennie. En 2012, 35,2% des Belges âgés de 30 à 34 ans avaient achevé avec succès des études supérieures. Voilà ce que révèlent les chiffres publiés vendredi par Eurostat. Dans l’ensemble des pays européens, le nombre des jeunes avec diplôme élevé est en augmentation constante et atteint une moyenne de 37% en 2013.

Cependant, en 2013, on observe un curieux recul par rapport à 2012 où 43,9% des 30-34 ans avaient un diplôme du supérieur, soit une perte de 0,8% en un an. Ce tassement ne s’explique pas bien et pourrait être accidentel. Il s’agit peut-être d’un facteur démographique. La crise pousserait des jeunes à rentrer sur le marché du travail plus tôt.

«Impossible d’analyser cette petite baisse, dit-on chez le ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt (PS). Par contre, notre haut taux de “diplomation” s’explique par l’ouverture à tous de nos universités et hautes écoles. Il n’y a pas de barrière, pas de quota, pas d’examen d’entrée. Les restrictions en médecine ont été levées », se félicite-t-on. Il ne reste que l’exception «historique » des ingénieurs civils à devoir passer par un examen d’entrée.

Par ailleurs, le taux de décrochage scolaire est en baisse partout en Europe. 12% des jeunes Européens ont quitté prématurément l’éducation et la formation. S’agissant de la Belgique, nous affichons un taux de 11% de jeunes entre 18 et 24 ans possédant au mieux un niveau d’enseignement du premier cycle du secondaire et ne poursuivant aucune étude ou formation. Mais ce taux stagne relativement ces dix dernières années chez nous. Or on sait que les personnes peu instruites courent un risque de pauvreté nettement plus élevé (23,8%) que celles très instruites (6,5%).

36% d’hommes et 49% de femmes ont un diplôme du supérieur

L’autre élément frappant de ces statistiques est l’écrasante différence entre les femmes et les hommes. 36,2% des diplômes du supérieur sont des hommes et… 49,3% sont des femmes. L’assiduité des filles à l’école est un phénomène sociologique de très grande ampleur. Cependant, elles choisiront toujours massivement des sciences humaines plutôt que «dures ».

En attendant, dans le plan stratégique «Europe 2020 », la Belgique met la barre encore plus haut pour l’avenir. Pour 2020, nous ambitionnons d’atteindre les 47% de jeune trentenaires diplômés. «Le gros problème des études supérieures, en communauté française, c’est le nombre d’échecs et d’abandons en cours de route. Il faut travailler sur la culture de la réussite et sur l’accompagnement », explique-t-on enfin chez le ministre Marcourt qui fait d’un plan Marshall de l’enseignement (voir nos éditions de ce mercredi) son fer de lance de la campagne électorale.