On ne refera pas Christophe Martin. Du premier au dernier match, pas question de lâcher quoi que ce soit: «On reste sur deux défaites et même si depuis Wetteren, le maintien est assuré, on a une petite boule au ventre surtout en repensant à ce qu’on a réalisé auparavant.