Roman

Miracle et disparition dans la France des années 60

Miracle et disparition dans la France des années 60

Entre roman de mœurs et d’adolescence mêlé d’une touche de mystère, le dernier opus de François Rivière, Un garçon disparaît, a un délicieux parfum de nostalgie.

D’abord parce qu’il plonge le lecteur dans la France profonde et catholique de l’avant 1968. Dans une localité de Charente-Maritime, en 1962, Adrien, un jeune garçon fréquente le cours privé de Mlle Le Prince et de son amie Thérèse Gourmel. Un jour un jeune Parisien original, Oscar, débarque. Une profonde amitié va unir les deux garçons. Mais Oscar disparaît alors qu’une miraculeuse apparition de la vierge provoque un accident dont Mlle Le Prince ne se relèvera pas.

La nostalgie reste aussi présente lorsque, 50 ans plus tard, Julian Dransfield, un journaliste anglais à la retraite décide d’enquêter sur «les événements de 1962». À Royan, dans une ambiance de début de saison estivale, il retrouve non seulement Thérèse Gourmel mais aussi Adrien devenu bouquiniste.

Adrien n’a jamais oublié Oscar et les liens entre Thérèse Gourmel et Mlle Le Prince n’étaient pas très catholiques… Ce qui n’explique ni la disparition d’un jeune garçon, ni l’apparition miraculeuse… Un roman tendre mais qui montre aussi que parfois seul l’espoir permet de vivre.M.F.G.

François Rivière, «Un garçon disparaît», Rivages, 248 p.