6 heures de travail par jour, pour être plus rentable ?

6 heures de travail par jour, pour être plus rentable ?

La Suède relance le débat sur la journée de travail de 6 heures. Syda Productions - Fotolia

Réduire le temps de travail à 6 heures par jour, serait-ce la recette miracle pour améliorer la productivité des employés? Le test est lancé en Suède.

Les employés de la mairie de la ville de Göteborg, en Suède, vont servir de cobayes pour une expérience au cours de laquelle leur temps de travail sera réduit à six heures par jour, avec maintien de leur salaire d’origine, rapporte The Local, site d’actualité suédoise.

Le but de cette mesure est de réduire l’absentéisme, et d’améliorer la productivité pour économiser de l’argent.

Cibler certains secteurs

Mats Pilhem, le maire de Göteborg du Parti de Gauche, estime que dans certains secteurs de l’économie, comme le soin aux personnes âgées, ce ne sont pas les pénuries de main-d’œuvre qui posent problème, mais le fait que les gens travaillent inefficacement sur de trop longues périodes. Il prend pour exemple le cas de l’usine automobile de Göteborg, qui applique les 36 heures hebdomadaires et qui a enregistré des résultats encourageants.

L’essai sera réalisé sur deux services, dont l’un, qui servira de service de contrôle, conservera son horaire traditionnel de 40 heures, pendant que l’autre testera la semaine de travail de 36 heures. Les salariés des deux groupes conserveront leurs salaires d’origine.

Ensuite, les résultats des deux groupes seront évalués et comparés, en examinant notamment si les participants du groupe test ont amélioré leur santé mentale et physique, et le nombre de jours de congés maladie qu’ils ont pris au cours de la période.

Pas nouveau

L’opposition, moins enthousiaste, parle d’un «complot injuste et populiste juste avant les élections». La journée des 6 heures de travail a déjà été tentée en Suède. Pendant 16 ans, 250 employés du conseil du district de Kiruna en ont bénéficié, mais la mesure a été supprimée en 2005, sans que l’on ait pu démontrer son efficacité. La Finlande a également déjà engagé des démarches en ce sens. De juin 1996 à décembre 1998, vingt municipalités s’étaient prêtées au jeu. Malgré un bilan positif, les employeurs avaient décidé de ne pas poursuivre l’expérience.

Plus d’emplois

Améliorer la productivité n’est pas le seul but à toucher. L’objectif ultime est aussi de créer des emplois, grâce à cette hausse de la productivité.

En cas de réussite de l’expérience, le projet pourrait faire des émules et qui sait, arriver en Belgique?