À l’initiative de deux quotidiens économiques, Paul Magnette et Bart De Wever ont récemment croisé le fer lors du premier grand débat préélectoral entre les présidents des deux principaux partis politiques du pays.

Question, lequel de ces deux ténors a déclaré: «Une personne qui travaille a les pires difficultés. Elle doit avoir une voiture, trouver une crèche, faire de nombreux déplacements. Et la personne qui touche le chômage a la vie beaucoup plus facile: elle a les mêmes contraintes, ne doit pas trouver de crèche et touche en plus des allocations»?

Pour le moral et l’avenir des travailleurs wallons, on aurait aimé répondre que la citation venait du président du PS, mais c’est raté…

Les uns travaillent, les autres manifestent

Il y a des tableaux qui font mal, très mal à l’image du service public. Lorsqu’un vendredi matin, vous observez que dans votre rue, les sacs-poubelle «bleus» ont été ramassés comme il se doit à la première heure par les ouvriers d’une firme privée et que, sur ces mêmes trottoirs, les sacs-poubelle «de la ville» végètent la journée entière parce que les services communaux n’ont pas assuré leur service…

Évidemment, il y avait une bonne raison à cette différence de traitement: les syndicats appelaient à manifester à Bruxelles contre le chômage et la précarité de l’emploi. Ah bon. Et dites-moi, entre les salariés du privé actifs dans un secteur exposé à la concurrence comme celui des déchets et les fonctionnaires communaux «blindés» dans des statuts publics hyper-protégés, quels sont ceux qui ont le plus de craintes à nourrir pour leur emploi? Bizarre, ne trouvez-vous pas, ce détournement de cause…

Combats syndicaux dénaturés

La grande manifestation syndicale de Bruxelles entendait également dénoncer le «dumping social», entre autres slogans. Or, si nous poursuivons notre constat, ce jour-là, le réseau des bus TEC était largement perturbé pour cause de grève, tandis que les lignes attribuées à des firmes privées roulaient comme si de rien n’était.

Ah bon. Et dites-moi, entre des travailleurs qui ont sans cesse à craindre les restructurations d’entreprises sous les coups d’une concurrence internationale féroce et d’autres qui bénéficient de la protection d’un parastatal érigé au rang de bastion syndical inébranlable, lesquels sont les plus sérieusement aux prises avec la menace de «dumping social» et de «dérégulation»?

Bizarre, vous avez dit encore plus bizarre, lorsque vous apprenez que c’est aux TEC-Verviers et aux TEC-Charleroi, qui n’en ratent pas une (on parle des grèves évidemment), que l’on relève le plus grand nombre de chauffeurs qui, après leurs heures aux TEC, reprennent le volant pour le compte d’autres employeurs…

Comment s’étonner qu’à la longue, les combats syndicaux, officiellement pour «une Europe plus sociale et solidaire» aient perdu toute crédibilité, se transforment en excursion d’un jour pour permanents en goguette et, ce qui est bien plus grave, ne suscitent plus le moindre rayon d’espoir chez le commun des citoyens.

Vivement le socialisme

«Trop de souffrance, pas assez d’espérance»; «Une feuille de paie trop légère, une feuille d’impôt trop lourde»; «500€ supplémentaires par an pour les salariés au niveau du smic»; «plus aucune charge pour l’employeur d’un salarié payé au salaire minimum»; «une réforme du millefeuille territorial» avec même des engagements concrets «Une réduction de moitié du nombre des régions et une suppression des départementaux»: autant d’extraits de la déclaration d’investiture de Samuel Valls devant les députés français.

Quand on lit ça, on se dit qu’ils en ont de la chance les Français d’avoir le parti socialiste à la tête du pays; vivement que ce soit le cas chez nous! Comment? Le PS dirige la Wallonie depuis 2000 ans? Ah oui, flûte… Mais alors il ne doit pas s’agir du même socialisme. Sinon, par exemple il y a longtemps que les provinces (qui sont à la Belgique ce que les départements sont à la France, c’est-à-dire un truc qui coûte cher et ne sert plus à rien) seraient mortes et oubliées.

Réservez vos places

Vous êtes invités au «Digital Bushkraft 1.0», avec «Music/Mapping video/Installations/Silkscreen Printing».

Avec un intitulé pareil, j’espère que la police de Tournai parviendra à contenir la foule qui va se précipiter à «L’open air gratuit à la Maison de la Culture»…

Gardez la vôtre

Rien de particulièrement sémillant à vous signaler au calendrier des «Journées mondiales de…» les plus stupides lors de ces prochains jours. Sinon que le mercredi 16 avril est érigé en «Journée mondiale de la Voix».

Si nous pouvons nous permettra un petit conseil: entraînez-vous peut-être à faire entendre votre voix ce prochain mercredi, mais surtout gardez des réserves pour bien la faire valoir un certain dimanche 25 mai…

Bonne semaine.