Mbo Mpenza se souvient : «La pression sur Roberto Carlos»

Le fameux Brésil-Belgique de 2002 ne se résume pas au but de Marc Wilmots injustement annulé. Mbo Mpenza se souvient, comme s’il datait d’hier, de son match dans le match avec Roberto Carlos.

«Lorsque Robert Waseige est venu m’expliquer son plan, j’ai compris que ma mission n’allait pas être simple mais je n’ai pas tremblé, se rappelle le frangin d’Émile. Les consignes étaient claires: en jouant haut sur mon flanc, je devais mettre la pression sur Roberto Carlos et surgir dans son dos pour qu’il monte le moins possible. Il n’était pas question que je le marque à la culotte car il s’en serait alors donné à cœur joie. À l’époque, il était l’un des meilleurs backs gauches du monde et ses accélérations ainsi que sa puissance étaient impressionnantes. Mais, quitte à sortir vaincu de cette confrontation, j’avais décidé de me donner à 200% pour n’avoir aucun regret au coup de sifflet final. Je voulais surtout ne pas être ridicule.»

Mbo Mpenza y est parvenu et a même grandi dans le match au fil des minutes, mettant de plus en plus le nez à la fenêtre. «Ma prestation a été à l’image de celle de toute l’équipe. Les petits Belges ont commencé le match de façon très modeste mais ils ont pris de plus en plus confiance. Notre duel avec le Brésil fut le reflet de notre Mondial asiatique. On l’a commencé timidement mais on l’a terminé en boulet de canon et il s’en est fallu de peu pour qu’on renverse une montagne en huitième de finale.»

Mbo a le souvenir d’un groupe extrêmement soudé au Japon. «Malgré les tensions avec les médias, nous avons serré les rangs. Robert Waseige n’avait fait qu’un tout petit speech avant la rencontre. Mais nous étions tellement concentrés sur notre sujet que nous aurions de toute façon pu jouer ce match contre le Brésil sans la moindre consigne tactique.»

Extrait du livre "Diables d’hommes" (Édition Mardaga)