L’ancien Diable rouge Michel Renquin au PP

eda

Michel Renquin se lance en politique. À deux mois du scrutin du 25 mai, le Parti populaire (PP) de Mischaël Modrikamen annonce le transfert de l’ancien footballeur pro.

+ Michel Renquin: une riche carrière marquée par un solide dérapage (vidéo)

Michel Renquin, qui évolua notamment au Standard et à Anderlecht et fut international à 55 reprises (demi-finaliste de la Coupe du monde à Mexico en 1986), sera tête de liste à la Chambre pour le Parti populaire en province de Luxembourg. L'ancien Diable rouge entraîne actuellement Bastogne (P1) où il a prolongé son contrat il y a un mois.

Il s'agit de la deuxième personnalité sportive en une semaine qui fait le grand saut vers la politique après le hockeyeur John John Dohmen qui a rejoint le cdH en vue des élections.

Trullemans tête de liste à l'Europe

L'ensemble des têtes de liste du PP sont désormais connues. Mischaël Modrikamen ambitionne de s'attaquer à l'hégémonie socialiste dans le Hainaut tandis que le météorologue Luc Trullemans, congédié de RTL-TVI après qu'il s'est vu reprocher d'avoir tenu des propos racistes, emmènera la liste européenne.

A Bruxelles, la tête de liste sera Tatiana Hachimi, une ex-candidate MR. François Van den Keybus, qui promeut des projets écologiques dans l'agriculture, tirera une liste bilingue dans le Brabant flamand, a précisé Modrikamen qui a également attiré à lui un ancien candre de la Mutualité socialiste.

Après une série de meetings, le PP entend à présent se lancer pleinement dans la campagne autour des "trois 'i'" pour "réduction d'impôts", "insécurité", et "limitation de l'immigration". A cet égard, les immigrés peuvent venir en Belgique "s'ils s'adaptent à nos valeurs, pas question de la charria, et s'ils contribuent à la société, pas s'ils viennent se servir au banquet la Sécurité sociale", a commenté Modrikamen.

Alors qu'il a répété dimanche sur la RTBF qu'il se retrouvait en partie dans le discours de Marine Le Pen, en France, mais encore plus dans celui de l'UDC, en Suisse, Mischaël Modrikamen réfute l'étiquette d'extrême droite pour qualifier sa formation.