santé -

France: un court-circuit à l’origine de l’arrêt du coeur artificiel

France: un court-circuit à l’origine de l’arrêt du coeur artificiel

AFP

Selon le professeur et inventeur du cœur artificiel baptisé "Carmat", Alain Carpentier, c’est un court-circuit qui est à l’origine de l’arrêt du coeur artificiel posé sur le patient décédé début mars.

C’est qu’Alain Carpentier explique dans un entretien accordé au «Journal du Dimanche».

Claude Dany, 76 ans, est mort 75 jours après l’implantation du premier coeur artificiel bioprothétique Carmat. Il souffrait d’une «insuffisance cardiaque terminale».

«Les premières semaines, Monsieur Dany (...) récupérait très bien. Et puis il a présenté quelques complications. Principalement des hémorragies, des ulcères de stress à l’estomac, des troubles respiratoires», explique Alain Carpentier.

«On ne connaît pas encore les causes exactes du décès. Mais certaines ont déjà été écartées et c’est le plus important à mes yeux: la mort n’est pas liée à une complication du malade, ni au principe fondamental de cette prothèse qu’est l’emploi de matériaux biocompatibles pour limiter la formation de caillots et le risque de thrombose», souligne le père du coeur artificiel.

«Pour autant, le coeur s’est arrêté brusquement. Il y a eu un court-circuit. Cela a entraîné un arrêt cardiaque identique à celui que peut présenter un coeur naturel pathologique», indique encore Alain Carpentier, précisant que l’origine de ce problème électronique était actuellement étudiée.

Le professeur a par ailleurs rappelé l’important rôle joué par les patients, «véritables pionniers du progrès médical». «Claude Dany appartient à l’Histoire.»