PHOTOVOLTAÏQUE

Borsus : « Si le MR est au pouvoir, les certificats verts repasseront à 15 ans »

Borsus : « Si le MR est au pouvoir, les certificats verts repasseront à 15 ans »

Belga

Willy Borsus le jure solennellement: si le MR est au pouvoir après le 25 mai, il balayera la mesure du gouvernement Olivier qui avait rétroactivement abaissé la garantie de certificats verts de 15 à 10 ans. Et il gèlera la prolifération de l’éolien.

C’est peu dire que la dernière proposition de la CWAPE fait un tollé. L’organe de régulation wallon du marché de l’électricité propose au gouvernement de modifier le règlement technique du mécanisme de compensation (compteur qui tourne à l’envers) pour les petits producteurs photovoltaïques (115 000 familles wallonnes). En gros, la compensation ne porterait plus que sur la partie «énergie» du kw/h produit, plus sur la partie «réglementation» (taxe, TVa, distribution). cela signifie qu’elle ne serait plus que de 30% par rapport à la compensation actuelle. Bref votre compteur tournera moins à l’envers.

« On respectera les engagements » dit le MR

Au MR, on trouve cette proposition inacceptable, même si elle n’a pas encore été signée par le ministre Nollet.

«Déjà, lorsque l’Olivier a décidé de faire passer rétroactivement la garantie des certificats verts à 10 ans au lieu de 15, les producteurs se sont sentis trahis» explique le chef de file libéral au parlement wallon, Willy Borsus. «Il y a, dans la population, un sentiment d’injustice».

Du coup, Borsus est très clair et tape très fort dans le cadre de la campagne en proposant ceci: «SI le MR est au gouvernement après le 25 mai, nous nous engageons solennellement à respecter les engagements pris par le gouvernement: nous reviendrons à une garantie de 15 ans pour les certificats verts.». Voilà qui risque de peser lourd dans la campagne électorale...

Mais alors, en revenant à la situation initiale, n’y a-t-il pas un risque de recréer une bulle de certificats que leur diminution devait justement dégonfler et que, par ailleurs, le MR dénonçait?

Non, répond Borsus qui fait dès lors une deuxième proposition: «Au lieu de développer l’éolien terrestre comme le gouvernement s’apprête à le faire, ne vaut-il pas mieux d’abord respecter les engagements qu’il a pris auprès des citoyens qui ont investi dans le photovoltaïque. Ce que nous proposons, c’est de geler la prolifération de l’éolien, qui fonctionne aussi sur base du système des certificats verts. Ainsi, nous dégagerons de l’espace pour assurer les engagements pris pour les propriétaires de panneaux photovoltaïques» ajoute le chef de file des Réformateurs. «Bien sûr, nous respecterons nos engagements européens en matière d ‘énergie renouvelable. Mais de manière raisonnée et raisonnable».

« Une question de morale »

Pour le MR, tenir les promesses faites c’est avant tout une question de morale: «Des gens ont investi, se sont endettés. On ne peut pas leur reprocher d’avoir suivi ce que le gouvernement les incitait à faire en investissant. Une parole est une parole et les engagements doivent être respectés».

Et Borsus d’insister aussi sur le fait que ce débat nuit à toute la filière photovoltaïque et au nouveau plan Qualiwatt. «Soldons positivement le passé pour redémarrer sur des bases saines» estime Willy Borsus. Qui juge enfin que le gouvernement a été d’une grande naïveté en croyant que tous les petits producteurs allaient se laisser faire.

«Le gouvernement wallon s’apprête à des milliers de recours contre ses mesures de rétroactivités. Il croit qu’il va gagner cette bataille juridique, mais j’en doute».