BRUXELLES

Huytebroeck : « Le plan de Wathelet est catastrophique »

Interviewée ce matin sur Bel RTL, Évelyne Huytebroeck est revenue sur sa volonté de suspendre le nouveau plan des vols de nuit à Bruxelles. «Un plan catastrophique», dit-elle.

Évelyne Huytebroeck est revenue sur sa volonté de voir suspendre le nouveau plan des vols de nuit au-dessus de Bruxelles.

Invitée de Bel RTL ce matin, la ministre bruxelloise de l’Environnement (écolo) n’a pas été tendre avec le plan mis en place par le secrétaire d’État fédéral à la Mobilité Melchior Wathelet (cdH): «oui, c’est un mauvais plan. C’est même un plan catastrophique si j’en juge par le nombre de plaintes que je reçois depuis quelques semaines.»

Selon la carte radar, dit la ministre bruxelloise, tous les quartiers bruxellois sont aujourd’hui touchés. «C’est de l’hyper-dispersion des vols!»

Si ce plan fait partie d’un accord de gouvernement auquel Melchior Wathelet était lié, Évelyne Huytebroeck estime que le secrétaire d’État a aussi sa responsabilité propre.

«Déjà en 2012 on lui avait dit que le plan de Schouppe (NDLR: le prédécesseur de Melchior Wathelet) n’était déjà pas une merveille. Mais il y a encore ajouté le survol de la zone du canal par les avions gros porteurs…»

Sortie électorale ? « On n’est jamais gagnant sur ce dossier »

La ministre écolo réclame donc la suspension immédiate de ce plan et le retour à l’ancienne version.

Mais sur le long terme, c’est une réflexion globale sur l’avenir des vols de nuit à Bruxelles. Brussels Airport est un aéroport d’affaires, rappelle-t-elle, et il devrait donc être sans vols de nuit.

Et les activités de fret qui s’y sont développées? On ne peut pas opposer cela au bien-être d’un million d’habitants, juge la ministre. «Il y a plusieurs aéroports en Belgique et il faut respecter les spécificités de chacun.»

Un discours de campagne électorale? «Tout ce qu’on pourra dire à partir de maintenant sera taxé d’électoralisme. Mais on n’est jamais gagnant sur ce dossier qui ne fait jamais que reporter les vols de nuit d’un quartier à un autre.»