contre l’Euthanasie des mineurs

Pétition européenne adressée à Philippe

Pétition européenne adressée à Philippe

Sur l’euthanasie, la Belgique est très isolée en Europe.

Une pétition de 211 000 Européens demandeau roi Philippe de ne pas signer la loi étendant l’euthanasie aux mineurs.Un sacré risque pour lui...

Prochaine étape du projet de loi autorisant l’euthanasie des mineurs, la signature royale. Mais depuis quelques jours, une pétition circule en Europe; des dizaines de milliers de personnes demandent à Philippe d’y renoncer. Le peut-il?

Rappelons, d’abord, que la «sanction royale» reste indispensable pour promulguer une loi. Les textes qui paraissent au Moniteur sont d’ailleurs toujours précédés de la formule: «PHILIPPE, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Les Chambres ont adopté et Nous sanctionnons ce qui suit…»

Dans la pratique, le roi pourrait néanmoins refuser de «sanctionner», de signer une loi qui irait éventuellement à l’encontre de sa conscience. En témoigne ce couac fameux dans l’Histoire du pays: en 1990, le très pieux roi Baudouin avait refusé de prêter sa plume à la loi dépénalisant l’avortement.

À l’époque, il avait fallu trouver une astuce alambiquée, plaçant le souverain dans une éphémère «impossibilité de régner», pour sauver la face. Et permettre au Parlement, qui dans notre système est l’autorité législative suprême, de publier son texte. Une affaire qui avait causé un séisme politique.

Autant dire que la «crise Baudouin» a peu de chance de se reproduire. Les temps ont changé et les pouvoirs royaux n’en sont pas sortis renforcés. La loi sur l’euthanasie a été royalement «sanctionnée» sous le règne d’Albert II, malgré l’opposition des milieux catholiques. Celle sur le mariage homo aussi. On voit mal son fils Philippe, qui vient à peine de monter sur un trône chancelant, se risquer à mettre en péril ce qui lui reste d’autorité monarchique. Même si la loi autorisant l’euthanasie des mineurs devait le heurter.

Incontestablement pourtant, la figure du roi des Belges, si souvent malmenée sur son sol, continue à incarner la conscience du pays. C’est directement à Philippe que s’adresse cette pétition rassemblant 211 000 signatures d’Européens. Des gens opposés à la loi «effrayante» qui, dit le texte caricatural de présentation (*) autorise les médecins belges «à tuer des enfants de moins de 18 ans qui sont en phase terminale et qui souffrent de douleurs sévères, sans perspective de soulagement».

« La loi la plus effrayante qui soit dans le monde entier »

La pétition relayée par la fondation espagnole Citizen Go, proche des milieux traditionalistes, aurait été lancée il y a deux semaines par un couple de Viennois, selon la presse autrichienne.

«Il y a des lois qui affecteront non seulement la Belgique, mais également l’Europe, à long terme. Tel est le cas du terrible projet de loi pour l’euthanasie des mineurs, qui lance un signal à l’Europe tout entière», explique le texte.

Et de demander au roi Philippe de «ne pas accepter cette loi sur l’euthanasie, la plus effrayante qui soit dans le monde entier. Ecoutez votre conscience et tenez votre rôle de monarque avec des principes éthiques. Montrez-vous digne du défi pour lequel vous avez été préparé tout au long de votre vie.»

Des parlementaires du Conseil de l’Europe avaient déjà signé une déclaration affirmant que cette loi «promeut la vision inacceptable qu’une vie ne vaut pas la peine d’être vécue, ce qui remet en question le fondement même de la société civilisée».

La Belgique, de plus en plus souvent et à l’instar des Pays-Bas, se voit réduite, aux yeux du monde, à l’image d’un pays moralement avant-gardiste pour certains, dépourvu de la moindre conscience éthique pour d’autres. Une caricature, dans les deux cas. Ça change des gaufres et des frites!

(*) Pétition sur www.citizengo.org