Éolien

Des banderoles et un (petit) feu devant l’Élysette

Des banderoles fustigeant poétiquement le gouvernement wallon, deux éoliennes en gros carton posées devant les grilles de l’Élysette à Jambes et un discours bien senti à l’égard des ministres wallon sur le dossier «éolien »… Ils étaient ainsi une bonne vingtaine de membres de la plateforme Vent de Raison à s’être présenté ce jeudi en fin de matinée devant les grilles du siège du gouvernement wallon.

Objectif: « Remettre une lettre ouverte à chaque ministre, expose Patrice d’Outremont, président de Vent de Raison. Histoire de leur dire que la gestion du dossier «éolien » est catastrophique. Dernier exemple en date: l’adoption à la sauvette d’un arrêté instaurant une norme sectorielle qui autorise une hausse de la pression sonore nocturne des parcs éoliens de plus de 40%. Et la santé des riverains là-dedans?»

Et le patron de Vent de Raison de poursuivre d’un ton acide: « Le tout a un effet rétroactif detrois ans. Ce qui tombe curieusement à pic dans les nombreux recours au conseil d’État pour dépassement de bruit… Ce que nous voulons? Que ce ne soit pas publié au Moniteur…»

Bref, ils ne sont pas contents. Du tout. Bon d’accord, ils ne pouvaient pas savoir que les ministres n’étaient pas présents dans l’édifice, et les manifestants n’ont donc pu exprimer ce qu’ils pensent de la norme sectorielle, mais la lettre ouverte, en six exemplaires, sera malgré tout déposée à qui de droit.

Mais cela ne démonte en rien l’enthousiasme du groupe qui, pour bien marquer le coup, veut brûler les deux éoliennes en gros carton fixées vaille que vaille au sol par de gros cailloux, face à la grille de l’Élysette.

Les briquets sont sortis mais le vent est de la partie. Raté. On protège la flamme comme on peut, mais rien n’y fait. On sort du papier et un liquide «incitant » pour arriver après moult essais à en faire brûler une puis une partie de la seconde. «Ha, elles sont coriaces hein, sourit-on dans la petite assemblée. Mais on les aura! » «Toute une symbolique » rétorque quelqu’un… T.E.