IMMIGRATION

Parcours d’intégration : c’est parti

Parcours d’intégration : c’est parti

Reporters (Illustration)

Le gouvernement wallon a entériné le décret sur l’accueil des primo-arrivants.Des droits, des devoirs… et des sanctions.

Dossier difficile que celui de l’accueil des primo-arrivants en Région wallonne. Le parcours d’intégration, c’est un peu le parcours du combattant.

Mais cette fois, ça y est: le gouvernement wallon a fait passer le décret. Qui devrait bientôt être entériné par le parlement avant, donc d’être d’application.

Concrètement, 8 centres régionaux d’intégration (Charleroi, La Louvière, Liège, Mons, Namur, Verviers, Marche et Nivelles) organiseront ce parcours qui comprendra 4 aspects.

1. Le premier accueil

Dès son inscription dans une commune, le primo-arrivant recevra une information sur les droits et devoirs de chaque personne résidant en Belgique. Il réalisera un entretien personnalisé pour effectuer un bilan des acquis, des diplômes, des équivalences éventuelles et identifier ses besoins. Il bénéficiera ensuite, au besoin, d’une aide pour ses différentes démarches administratives.

2. Une formation à la langue française

S’intégrer en Wallonie nécessite une maîtrise suffisante de la langue française, estime la ministre de l’action sociale Éliane Tillieux. Les primo-arrivants auront accès aux formations organisées aujourd’hui par les organismes agréés.

3. Un module de formation à la citoyenneté

Des informations de base seront apportées aux primo-arrivants sur le fonctionnement de la société en général, sur les relations sociales dans notre pays et sur le fonctionnement des institutions publiques pour pouvoir participer pleinement à la vie sociale, associative, et culturelle.

4. Une orientation socioprofessionnelle

Elle sera coordonnée par les organismes agréés, dans le cadre des initiatives locales d’intégration, par les organismes agréés par les pouvoirs publics et les pouvoirs publics.

Un régime de sanction

Mais quelles sont les obligations du primo-arrivant?

« D’abord, est tenu de suivre un module d’accueil dans un délai de trois mois à dater de sa première inscription dans la commune » explique Éliane Tillieux.

Une attestation de suivi du module d’accueil sera délivrée par le Centre régional d’intégration et devra ensuite être remise à la commune d’inscription du primo-arrivant dans un délai de six mois à partir de ladite inscription.

Le décret prévoit en outre l’établissement d’un régime de sanction pour le primo-arrivant qui ne respecterait pas l’obligation de participer au module d’accueil organisé par les centres régionaux d’intégration.

Les amendes pourront aller de 50 à 2 500 euros en fonction de la non-volonté répétée du primo-arrivant de ne pas suivre le parcours d’intégration.