JO 2014

Daniel Bilalian défend Philippe Candeloro : « Pas d’insulte »

Les commentaires de Philippe Candeloro lors des épreuves de patinage artistique des Jeux de Sotchi n’en finissent plus de susciter la polémique. Si bien que Daniel Bilalian, le directeur des sports de France Télévisions, a dû monter au créneau pour défendre le double médaillé olympique.

Invité sur le plateau du «Grand Journal» (Canal +) aux côtés notamment de Martin Fourcade, triple médaillé olympique à Sotchi, Daniel Bilalian est revenu sur les propos tenus par Philippe Candeloro lors de ces mêmes JO.

Interrogé sur l’aspect parfois graveleux des commentaires de l’ancien patineur (dès 08'24" dans la vidéo), le chef du service des sports de France Télévisions s’est montré prudent. Au sexisme évoqué par certains téléspectateurs qui ont interpellé le CSA sur le sujet, Daniel Bilalian préfère parler d’un excès d’enthousiasme, de plaisir et de joie de vivre.»

Un peu provocateur aussi lorsqu’il estime que la couverture plutôt salée de «Charlie Hebdo» est «une vraie consécration», l’ancien présentateur du journal télévisé veut relativiser. «Vous avez remarqué que dans patinage artistique, il y a le mot «artistique» ? Le physique a son importance. En en discutant avec d’autres chaînes, comme la NBC ou la ZDF, on se rend compte qu’elles reçoivent les mêmes reproches, c’est-à-dire un excès de louanges, de critiques. En tout cas, il n’y a pas d’insulte.»

Soutenant son commentateur face aux critiques, Daniel Bilalian a assuré qu’il conservait toute sa confiance en Philippe Candeloro: «Il faut le prendre comme il est. C’est un «Titi parisien», c’est un personnage de Michel Audiard. Il a l’habitude de faire des plaisanteries. Il n’y a rien de sexiste chez lui.» Et d’ajouter qu’internet a sans doute contribué à gonfler la polémique.