La police escortera les pandas, mais à contrecœur

(Illustration) Reporters / Barcroft

Quatre motards de la police escorteront, dimanche, les pandas Hao Hao et Xing Hui lors de leur voyage entre l’aéroport national de Zaventem et le parc Pairi Daiza

Quatre motards de la police escorteront, dimanche, les pandas Hao Hao et Xing Hui lors de leur voyage entre l'aéroport national de Zaventem et le parc Pairi Daiza à Brugelette. La police de la route ne comprend pas l'utilité de cette escorte, écrivent samedi les quotidiens Het Nieuwsblad, De Standaard, De Morgen et Het Laatste Nieuws.

Certains quotidiens rapportaient que le Premier ministre Elio Di Rupo serait personnellement intervenu pour qu'une escorte policière soit bien présente. "Les ministres devraient plutôt s'occuper des questions politiques et ne pas s'impliquer dans ce qui est du ressort d'un chef de police", estiment plusieurs syndicats policiers. "Une escorte de ce type lors d'un week-end aura un coût important", ajoutent-ils.

Le cabinet Di Rupo conteste la version des syndicats et dément une intervention éventuelle du Premier dans cette affaire. "Ce n'est pas correct. Le centre de crise du SPF Intérieur a décidé de prévoir une escorte pour une simple et très bonne raison de sécurité: la venue des pandas va générer beaucoup d'attention, le parcours est connu du public et la foule est attendue à certains endroits", a précisé samedi matin un porte-parole du Premier ministre.

Dans un communiqué diffusé samedi, le Centre de crise a lui-même confirmé qu'il avait, "en toute autonomie et dans l'exercice normal de ses fonctions, demandé à la police fédérale d'assurer un accompagnement de sécurité publique lors du déplacement des pandas, sans aucune demande du Premier ministre ou d'un ministre". Ce type de dispositif est mis en place "pour tout événement similaire tel qu'un déplacement de cyclistes ou autre lorsqu'il y a du public attendu au bord de la route".

Dans Het Laatste Nieuws, le directeur du Centre de crise, Jacques Raes, indiquait déjà que l'escorte avait été décidée pour prévenir un éventuel effet de foule. "La police doit veiller à canaliser tout ce public, avant tout pour la sécurité de celui-ci, mais également pour que le convoi arrive en sûreté et dans les temps au parc."