Le logement public n’est pas forcément social, rappelle Paul Magnette. Mais il l’est aussi. «Et nos logements sociaux ont été massivement construits dans les années 50 et 60, sous la poussée du baby-boom: ils doivent être rénovés».

Surtout, il faut veiller à ce que «toutes les communes aient 10% de logements sociaux». Charleroi a atteint ce taux, «et je ne veux pas voir la ville entourée d’une ceinture de communes riches. Sinon les disparités se creuseront, car les finances communales souffriront». La répartition s’est faite «en France ou en Angleterre» signale-t-il. Il est donc favorable à la «mesure prise par l’Olivier wallon».