Des perquisitionsont eu lieu chez Alain Hubert, l’explorateur qui pilote les missions scientifiques belges en Antarctique.

L’enquête sur les activités d’Alain Hubert, menée au parquet de Bruxelles par le juge d’instruction Michel Claise, se concentre sur des préventions de prise d’intérêts et d’abus en matière de marchés publics, rapportait hier La Libre Belgique.

Lors des perquisitions, une série de documents ont été emportés par les enquêteurs.

Pour rappel, à la suite de la dénonciation faite par le patron de l’administration fédérale de la Politique scientifique Philippe Mettens, le parquet de Bruxelles avait ouvert une information judiciaire sur l’existence ou non des conflits d’intérêts concernant l’explorateur polaire dans le cadre des missions en Antarctique. L’administration fédérale dénonce un système où Alain Hubert (et sa fondation) est à la fois le bénéficiaire d’argent public destiné à financer la base polaire et le président de l’organisme public-privé chargé de gérer ces financements.

Un « messager » de l’État

Face aux accusations, Alain Hubert explique dans une lettre ouverte parvenue vendredi après-midi à l’Agence Belga pourquoi il a décidé de porter plainte contre Philippe Mettens, «non seulement pour dénonciations calomnieuses mais aussi pour violation du secret professionnel et vol de documents comptables que sa fonction ne lui permet pas de détenir».

«Les méthodes employées par ce fonctionnaire qui s’attribue erronément le titre de «messager » de l’État pour mettre un terme à cette convention sont indignes d’un État de droit», argue Alain Hubert.