ENERGIE

Petit éolien: la grande démo cet été

Petit éolien: la grande démo cet été

Produire 4 000 GWh avec le petit éolien routier? Carlo Di Antonio vise 2025, le temps que la filière se développe. Et que les prix baissent. En attendant, on passe aux tests. BELGAIMAGE

Ronquières, Strépy, Péronnes et Daussoulx: les 30 mâts des quatre projets pilotes du «petit éolien » devraient tourner fin août.

Carlo Di Antonio plante ses (petits) mâts: quatre sites viennent d’être définis et validés. Par qui? Par le groupe de travail (*) mis en place spécialement pour explorer la piste du petit éolien le long des autoroutes et des voies d’eau wallonnes.

Le ministre wallon des Travaux publics (cdH) veut passer de la parole aux actes, sans prendre le risque d’un gros plantage: il faut convaincre et la filière n’est pas prête. « Si on en met peu et que ça marche bien, on pourra continuer le développement. »

1. Où et quand?

Quatre sites ont été définis pour permettre une démonstration grandeur nature. Trente petits mâts (50 kWh) seront testés le long du plan incliné de Ronquières (11 mâts), aux ascenseurs de Strépy (9), à proximité des écluses de Péronnes sur le canal Nimy-Blaton (8) et sur l’échangeur de Daussoulx (2). Total: 30 mâts, 12 750 MWh/an. Les investissements doivent être réalisés sur fonds propres ou via un partenariat public-privé. Les demandes de permis sont en cours. L’appel d’offres sera lancé en mai. Les mâts pourront donc être implantés en août, estime le ministre. « Et dans les 15 jours qui suivent, elles tourneront déjà. »

2. Quoi qu’il arrive…

Ces quatre sites ont été choisis pour leur potentiel venteux, mais aussi parce que la production va être consommée sur place: des gros besoins et pas besoin de réinjecter le surplus sur le réseau. «Bref, quelles que soient les décisions politiques à venir (après les élections, NDLR), même si l’expérience «petit éolien» devait s’arrêter là, on est sûr que ces quatre projets seront utiles et rentables », avance Carlo Di Antonio.

3 Rentable?

Selon l’approche «petit éolien », il faudrait planter le long des autoroutes et des voies fluviales 10 000 petits mâts et 100 grands, pour atteindre les objectifs de production éolienne (point 4). Le groupe de travail a mis au point un business plan théorique sur une base de 1 000 mâts. Taux de rentabilité: 9% sur 20 ans. On a tenu compte du coût de l’électricité (22,7 millions€/an pour la Région) et des avantages de l’autoconsommation: 135€/MWh d’économie, résume le ministre. Et puis, il y a les certificats verts (1/MWh produit). «Ça va être revu. Mais pas à la baisse », dit-il. «C’est rentable sur la moitié du réseau structurant. On peut même atteindre deux fois l’objectif wallon: 8 000 GWh/an au lieu de 4 000! »

4. Objectif 2025

La Wallonie s’est fixé un plan plus ambitieux que les recommandations européennes: 20% d’énergies renouvelables d’ici à 2020 (au lieu des 13% de l’Europe), dont 4 000 GWh/an d’électricité produite par l’énergie éolienne. «S’il fallait compter sur le seul grand éolien, il faudrait tripler le parc existant (273 mâts pour 1 493 GWh/an). Or, on l’a vu, il y a une vraie difficulté de mise en œuvre, des levées de boucliers. Il n’y a qu’à voir le faible nombre de permis délivrés en 2013… » Le ministre table sur le développement d’une filière wallonne du petit éolien et sur une baisse des prix de la technologie, toujours plus chère que le grand éolien. «Je plaide donc pour 2025, mais avec du petit éolien et des outils wallons. »

5. Le petit contre le grand?

«La réalité du grand éolien, c’est un conflit massif sur le terrain. Mais en soi, je n’ai rien contre le grand éolien. Ce n’est pas incompatible », insiste le ministre cdH. C’est aussi du reste ce qu’Écolo dit à l’égard du petit éolien. N’empêche, le gouvernement wallon s’est positionné sur un plan «grand éolien » à 3 800 GWh d’ici 2020. Le petit éolien ne devait contribuer qu’à hauteur de 200 GWh… «C’est fini, ça », dit le ministre. Qui se reprend: «Enfin, avec ce que propose le groupe de travail, je pense que tout peut être remixé. Mais c’est le futur gouvernement qui évaluera tout ça fin 2014 ».

(*) Aussi composé des cabinets Marcourt (PS), Nollet (Écolo) et Antoine (cdH).