musique

Owlle, flamboyante et inspirée

Owlle, c’est la version féminisée du mot «chouette » en anglais. Un nom qui ne va pas si mal à cette jeune femme de 27 ans à la chevelure flamboyante. Elle vient de publier son premier album intitulé France (son vrai prénom) qui contient évidemment son tube Ticky Ticky sorti l’an dernier. Les autres titres sont dans la même veine électro, alternant les morceaux plus dansants (Fog, Don’t lose it, Ticky Ticky, Silence) avec des morceaux plus pointus (Like a bow, Disorder…). Elle sera dans quinze jours en duo avec Boy George dans Taratata sur Plug RTL. Et son passage le 25 avril au Printemps de Bourges devrait être un bon moment.

Si vous deviez vous présentez, vous diriez quoi ?

Que je suis une chanteuse et musicienne, et que je fais de la dream pop ! Et que mes influences vont de Bat For Lashes à Madonna…

On pourrait citer aussi Florence and The Machine ?

Oui, certainement. Mais j’évite de la citer, car on m’y associe souvent naturellement à cause de la couleur de mes cheveux…

On pourrait aussi citer La Roux, alors…

(rires) Oui, j’adore vraiment ce qu’elle fait.

Vous êtes originaire du Sud de la France mais vous avez rejoint Paris pour faire les Beaux-Arts…

J’étais déjà aux Beaux-Arts quand je vivais dans le Sud. L’idée de monter à Paris, c’était justement pour commencer un peu la musique et rencontrer du monde. J’ai fait des installations, un peu de vidéo… Cela me permettait de toucher à plein de trucs différents. Ensuite, j’ai arrêté les Beaux-Arts car je n’arrivais plus à y exprimer mes envies…

La musique est venue quand dans votre parcours ?

Elle a toujours été là. Adolescente, j’écoutais plus des choses « mainstream » qui passaient à la radio. Par contre, je n’écoutais pas trop de français. C’était plutôt Sade. Mais j’ai commencé à faire de la musique quand j’ai commencé mes études et que j’ai écouté des choses plus expérimentales, comme Brian Eno. Là, je me suis dit que je pouvais être à la fois plasticienne et musicienne.

Vous avez fait un duo avec Boy George dans Taratata qui se trouve sur le net et qui sera diffusé bientôt chez nous. Comment est-ce arrivé ?

Nagui me connaît, il m’a déjà invitée plusieurs fois. Et quand on a appris qu’il allait faire une spéciale avec Boy George, on a suggéré un duo. Et Boy George a dit oui. Tout simplement (rires).

Depeche Mode vous a choisie pour remixer « Heaven » aussi…

Là, je n’y suis pas pour grand-chose. Apparemment c’est le batteur du groupe en live qui m’a repérée. Je n’avais jamais fait de remix de ma vie ! En plus, j’étais en pleine prod’de l’album. Mais j’ai tout de suite su ce que je voulais faire. Et ils ont été ravis. Pour moi, c’est étrange qu’un groupe mythique comme Depeche Mode ait fait appel à moi.

Du coup, vous reprenez Depeche Mode sur scène ?

À la base, je ne suis pas très reprise. Mais quand Ouï FM m’a demandé d’en faire une, je me suis dit que tant qu’à faire, autant prendre un morceau lié à mon actualité. Donc j’ai repris Enjoy The Silence.

Cela fait beaucoup de choses des années 80. C’est une période que vous aimez ?

J’ai quand même grandi dans cette vague-là avec mes parents. Cela a dû laisser des traces (rires).¦

Owlle, « France », Sony Music.