Marche

Onze bourgmestres se mobilisent pour l'hôpital de Marche

Onze bourgmestres se mobilisent pour l'hôpital de Marche

EdA

Onze bourgmestres des provinces du Luxembourg et de Namur ont adressé jeudi matin un courrier au président du conseil d'administration de l'intercommunale Vivalia pour l'interpeller sur la situation de l'hôpital de Marche.

Les bourgmestres de Marche, Rochefort, Durbuy, Nassogne, Somme-Leuze, Hotton, La Roche, Tenneville, Manhay, Érezée et Rendeux exigent le respect des engagements pris par l'intercommunale de soins de santé Vivalia en 2011 pour la construction des 5.000 mètres carrés du bâtiment B6 de l'hôpital de Marche, un bloc destiné à recevoir plusieurs services de soins.

Les signataires avertissent également Vivalia quant au fait que le subside accordé par la ministre Tillieux - et estimé à 9,6 millions d'euros - pour la réalisation de ce projet risque de disparaître si les travaux n'ont pas commencé avant la mi-2015. André Bouchat, le bourgmestre marchois à l'initiative de la démarche, évoque "l'inquiétude et le découragement du personnel de l'hôpital de Marche" et dénonce un "retard incompréhensible, voire organisé".

"Cet investissement se justifie par l'activité médicale développée sur le site", rappellent les bourgmestres dans leur courrier. "Le nombre de cas traités a augmenté de 47% en dix ans. Le site de Marche sature actuellement et génère de trop nombreux transferts vers d'autres hôpitaux.

Jusqu'à présent, l'ensemble des mandataires de Vivalia a voté des investissements importants sur les sites d'Arlon et Libramont, respectant la nécessaire solidarité du monde hospitalier luxembourgeois. Les 11 bourgmestres demandent que la même attitude soit adoptée à l'égard du projet du B6."

Ils exigent formellement que le point soit porté à l'ordre du jour du prochain conseil d'administration, avec un échéancier précis.