Belgique -

Le patron des Métallos de la FGTB étrille la tête du syndicat et Di Rupo

Le patron des Métallos de la FGTB étrille la tête du syndicat et Di Rupo

- EdA

Le secrétaire général de la FGTB Métal, Nico Cué, n’a pas mâché ses mots pour parler de la secrétaire générale de la FGTB et du premier ministre.

Le secrétaire général de la FGTB Métal, Nico Cué, s’en prend, dans une interview au Vif, au Premier ministre Elio Di Rupo et au gouvernement qu’il a dirigé, ainsi qu’à la secrétaire générale de la FGTB Anne Demelenne qu’il juge trop proche du PS. Il veut du changement à la tête de l’organisation syndicale.

«Oui, la FGTB doit se ressaisir. Il faut fondamentalement réorienter nos propositions. Je ne suis pas satisfait d’Anne Demelenne et de l’équipe en place», indique-t-il. Il lui reproche «d’abord de ne pas être à l’écoute de sa base» et de ne pas gérer comme il convient l’organisation de la contestation.

Nico Cué appelle à une rupture. «Je pense qu’on doit revenir à la déclaration de principe de la FGTB, rédigée en 1945. Celle-ci pose les bases d’une société plus égale, une société sans classes, avec une redistribution correcte des richesses, en toute indépendance avec les partis politiques», dit-il. Or, alors que la base pousse à l’action, les structures la retiennent, constate-t-il, épinglant le rôle d’Anne Demelenne qui, comme le dirigeant de l’interrégionale wallonne de la FGTB Thierry Bodson, siège au Bureau du PS, mais contrairement à ce dernier ne taperait pas du poing sur la table.

En vue des élections du 25 mai, «on dira à nos affiliés de voter à gauche, rien de plus», annonce Nico Cué qui constate, sans le commenter outre mesure, le succès du PTB.

Pour Nico Cué, le Premier ministre Elio Di Rupo a contribué à «casser le modèle» social sans pour autant être parvenu à enrayer le succès de la N-VA. «Je ne suis pas devin, j’ignore ce qui va se passer après le 25 mai. Tout le monde pense que Di Rupo a gagné. Moi, je pense qu’il est battu», conclut-il.