Ukraine -

Ukraine: les manifestants chargent à Kiev, au moins 25 morts

Des centaines de manifestants ont chargé jeudi matin le cordon de police sur le Maïdan à Kiev, reprenant le contrôle de la place, en dépit d’une trêve annoncée par les autorités. Au moins 25 manifestants ont été tués dans le centre, ainsi que deux policiers.

Au moins 25 manifestants ont été tués dans les violences jeudi dans le centre de Kiev, ont constaté des journalistes de l'AFP, le ministère de la santé faisant par ailleurs état de deux policiers tués.

Un journaliste a vu huit cadavres gisant sur le sol devant la poste centrale sur le Maïdan, place centrale de Kiev, et dix autres non loin de là, devant l'hôtel Kozatski. Un autre journaliste de l'AFP a compté sept corps dans le hall de l'hôtel Ukraïna, de l'autre côté de la place.

Ce regain de violences survient alors que les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais sont arrivés à Kiev pour rencontrer le président Viktor Ianoukovitch et les dirigeants de l’opposition.

Les manifestants, casqués et armés de gourdins, protégées par des boucliers semblables à ceux des policiers, ont escaladé leurs propres barricades avant de se lancer à l’assaut d’un cordon des forces de l’ordre.

Les policiers ont reculé sur plusieurs centaines de mètres, abandonnant le terrain qu’ils avaient repris lors d’un assaut dans la nuit de mardi à mercredi.

Ils ont protégé leur recul par des tirs soutenus de balles en caoutchouc qui ont blessé une dizaine de manifestants, aussitôt chargés sur des brancards et évacués vers les infirmeries de fortune de l’opposition.

Le ministère de l’Intérieur a affirmé qu’un sniper a pris des policiers pour cible avant la charge et que vingt policiers ont été blessés, selon un communiqué.

De nombreuses ambulances se dirigeaient toutes sirènes hurlantes vers le centre de Kiev.

Une "provocation du pouvoir"

La reprise des violences à Kiev jeudi matin, qui ont fait 25 morts selon l'AFP, est une "provocation délibérée" du pouvoir contre les manifestants pacifiques, ont déclaré les trois leaders de l'opposition dans un communiqué conjoint.

"La reprise des affrontements sur le Maïdan pendant la trêve annoncée est une provocation délibérée du pouvoir", soulignent-ils.

Le maire de Kiev quitte le parti au pouvoir 

Le maire de Kiev a annoncé jeudi qu'il quittait le parti du président Viktor Ianoukovitch pour protester contre "le bain de sang et la lutte fratricide" dans le centre de la capitale ukrainienne.

"Je suis prêt à tout faire pour arrêter la lutte fratricide et le bain de sang dans le coeur de l'Ukraine, sur la place de l'Indépendance. La vie humaine doit être la valeur supérieure dans notre pays et rien ne doit contredire ce principe", a déclaré Volodymyr Makeïenko en ajoutant qu'il quittait le Parti des régions au pouvoir.