Ligue des champions - Huitièmes de finale aller

Le Bayern, comme une évidence

Le Bayern, comme une évidence

Entré au jeu, Thomas Müller a entériné la victoire du Bayern en toute fin de match. AFP

Arsenal0B. Munich2

Assistance: 60 000.

Arbitre: M. Rizzoli (ITA).

Carte rouge: Szczescny (38e ).

Cartes jaunes: Boateng, Mandzukic, Sanogo, Rosicky.

Buts: Kroos (0-1, 54e ), Müller (0-2, 87e ).

Arsenal: Szczesny – Sagna, Mertesacker, Koscielny, Gibbs (31e Monreal) – Flamini, Wilshere – Oxlade-Chamberlain (74e Rosicky), Özil, Cazorla (38e Fabianski) – Sanogo

Bayern Munich: Neuer – Lahm, Boateng (46e Rafinha), Dante, Alaba – Javi Martinez – Robben, Thiago Alcantara (79e Pizarro), Kroos, Götze – Mandzukic (64e Müller).

Le football est bien souvent une histoire de tournants. Et la rencontre entre Arsenal et le Bayern Munich n’a pas dérogé à la règle, au contraire.

Dans un match spectaculaire, rythmé par les coups du sort et d’éclat, les deux équipes ont eu tour à tour l’opportunité d’assommer leur adversaire. Et à ce petit jeu, ce sont finalement les Bavarois qui se sont montrés les plus forts. Une nouvelle fois serait-on tenté d’écrire. En s’imposant autoritairement du côté de Londres (0-1), ceux-ci ont confirmé qu’il faudra encore compter avec eux cette saison. Et tant pis pour les Gunners, qui auraient tant voulu s’offrir une belle revanche face à leur bourreau de la saison passée au même stade de la compétition.

Cette fois, les hommes de Wenger se montraient pourtant confiants et sûrs de leur force. Considérés comme de véritables loosers magnifiques ces dernières années, les Londoniens semblaient avoir acquis un autre statut cette saison, plus en phase avec leur glorieux passé. En témoigne leur entame de rencontre tonitruante, dont le point d’orgue a été le penalty aussi superbement obtenu que lamentablement tiré par Ozil (9e ). Un raté qui a finalement marqué la fin des illusions pour Arsenal, mais aussi le réveil du Bayern.

Prenant peu à peu le contrôle des événements, les protégés de Guardiola ont pris le temps pour faire définitivement déjouer leurs hôtes d’un soir. Si Alaba a lui aussi raté un pénalty pour sa formation (40e ), l’exclusion de Szczesny qui a précédé cette phase a suffi aux Allemands pour faire basculer la rencontre. Confisquant le ballon pendant tout le reste des débats, ceux-ci ont finalement frappé par deux fois, via Kroos (54e ) et Müller (87e ). Une addition qui aurait même pu être plus salée, tant la domination du Bayern a été totale durant toute la seconde période.

Si Arsenal pensait pouvoir réaliser un coup ce soir, le voilà désormais renvoyé à la dure réalité du terrain. Ces Munichois sont bel et bien un cran au-dessus. Et seront une nouvelle fois bien difficiles à déloger.