Criminalité

60 % des Liégeois victimes de faits divers

Une enquête révèle que 60% des Liégeois ont été victimes de faits divers au cours de l’année précédant le questionnaire, et que 43% des personnes interrogées jugent que la sécurité s’est détériorée dans le centre-ville. Ce sondage, baptisé ELIse, a été réalisé fin 2012 par voie postale auprès de 1600 personnes. 758 d’entre elles ont répondu. L’objectif est de développer une enquête locale, alors que le Moniteur de sécurité réalisé tous les 2 ans par la police fédérale a été abandonné.

Les faits divers dont les Liégeois se disent victimes sont des agressions verbales (27%), du vandalisme sur leurs voitures (16%), des cambriolages ou des tentatives (15%). Seuls 35% de victimes ont déposé plainte. Les problèmes liés à la drogue sont aussi cités: consommation visible (45%), mais aussi vente visible (29%), vente aux abords des écoles (25%) et seringues abandonnées dans les espaces publics (23%).

Cette étude permettra d’affecter au mieux les budgets et d’orienter les politiques à mener, notamment en matière de drogue, selon le bourgmestre Willy Demeyer qui défend deux propositions de loi, l’une sur la légalisation des salles de consommation et l’autre sur le traitement par héroïne médicalisée. Seule cette dernière pourrait être votée, espère-t-il, avant la fin de la législature.