Alice au pays des secrets

Il y a deux ans, dans Nos mémoires apprivoisées, la Bruxelloise Valérie Cohen racontait l’étrange cohabitation entre une jeune fille élue miss SDF de Bruxelles et le père de la réalisatrice d’un documentaire à son sujet. Dans Alice et l’homme-perle, elle change d’univers en mettant en scène une résidence pour seniors fortunés non loin de Paris. Y séjournent la très stricte Gisèle, qui n’hésite pas à recourir à la chirurgie esthétique, Simon, professeur de dessin, Juliette, dont le mari souffre de la maladie d’Alzheimer, ou encore Jean-Louis. Sans oublier Lucie et Isabelle veillant à la bonne marche de cette petite communauté. Dont fait partie Alice, mal remise d’une ancienne histoire d’amour avec un collègue de son mari neurochirurgien, comme le dévoilent leurs échanges épistolaires disséminés dans le roman. Ce secret, ses amies vont le découvrir et tenter de le faire revivre à leur manière, généreuse et peut-être maladroite. On retrouve ici la sensibilité de l’auteure, sa façon délicate et empathique de camper des personnages profondément humains avec leurs rêves et leurs failles.M.P.

Valérie Cohen, « Alice et l’homme-perle », Luce Wilquin, 191 p.

Dédicaces vendredi, samedi, dimanche après-midi.