JEUX OLYMPIQUES - Ski

Vandeput contraint au forfait en géant

Vandeput contraint au forfait en géant

Touché à la cheville, Virgile Vandeput a dû déclarer forfait pour le slalom géant.

S’il n’a pu participer au slalom géant, le Tellinois Virgile Vandeput compte bien prendre part au slalom spécial.

Mercredi matin, alors qu’il s’est levé à l’aurore pour son premier grand rendez-vous de ces Jeux Olympiques de Sochi, Virgile Vandeput ne s’attendait pas à vivre une première grande désillusion dans sa jeune carrière. En effet, alors qu’il allait pouvoir effectuer la reconnaissance de la piste du Géant, le Tellinois s’est blessé à cette cheville qui le fait souffrir depuis des mois.

«J’ai été aveuglé par le soleil qui était rasant et je n’ai pas vu un trou qui se présentait à moi. Du coup, j’ai aggravé la blessure que j’avais à la cheville. C’est d’autant plus râlant que cela arrive le jour de la course alors que je me soigne très attentivement depuis notre arrivée ici. Quoi qu’il en soit, il a fallu prendre une décision. Et vous comprendrez que c’est la mort dans l’âme que j’ai dû déclarer forfait.»

« Pour samedi, c’est du 50-50 »

Une décision d’autant plus compréhensible que le slalom géant est le plus long de l’histoire des Jeux et que travailler à deux reprises sur une telle longueur aurait été tout simplement impossible.

L’équipe israélienne ne possédant pas de staff médical, c’est la maman de Virgile qui a eu l’autorisation de se rendre sur place et d’accompagner Virgile à l’hôpital: «C’est une inflammation qui s’est aggravée à la cheville, explique Sophie Brauman, sa maman. Il n’y avait rien d’autre à faire à l’hôpital et maintenant, on va essayer de soigner cette cheville pour lui permettre d’être prêt pour le slalom spécial de samedi. Pour ce faire, on va aller chez le médecin de l’équipe d’Allemagne qui a proposé de lui faire une infiltration. C’est notre seule chance pour qu’il soit en état de courir.»

C’est en effet sur la dernière course du ski alpin que reposent tous les espoirs de voir participer Virgile Vandeput. «Je ne peux imaginer ne pas être au départ de la course, confie le Tellinois. Pour l’instant, c’est du 50/50 quant aux chances de participation. J’en saurai plus dans les prochaines heures.»