politique -

Nouvelles villes wallonnes: le cdH veut créer «La Louvière-la-Neuve»

Nouvelles villes wallonnes: le cdH veut créer «La Louvière-la-Neuve»

Le cdH de Benoît Lutgen promet «des villes les plus humaines d’Europe et qui pourraient servir de vitrine pour la Wallonie». Pict y Eric herchaft © Reporter

En juin dernier, le président du cdH avait plaidé pour la construction de «nouvelles villes» en Wallonie. Neuf mois plus tard, Benoît Lutgen a identifié neuf zones potentielles sur le territoire wallon, avec un premier projet concret localisé à La Louvière.

Benoît Lutgen propose d’ériger ce projet de «nouvelle ville» louviéroise sur 100 à 150 ha désaffectés situés à l’ouest du canal historique, entre le centre de la Louvière et Houdeng-Goegnies. Selon lui, il pourrait accueillir 10.000 personnes au minimum.

S’appuyant sur d’autres projets déjà menés à l’étranger (Bilbao,...), l’objectif du cdH est de créer une «La Louvière-la-Neuve» avec 5.000 logements, mais aussi des entreprises, voire un pôle de recherche universitaire, et tous les services nécessaires aux résidents tels que des crèches, des écoles, des maisons de repos, des infrastructures culturelles ou de santé.

Le coût du projet est évalué à 1,5 milliard d’euros financés à 20% par les pouvoirs publics (via notamment des fonds régionaux mais aussi européens) et à 80% par le privé. Les logements y seraient ainsi vendus à un prix moyen de 200.000 euros.

Autres localisations pas encore définies

«Ceci n’est que le premier rendez-vous. D’autres projets urbains (dans d’autres régions de Wallonie, ndlr) seront présentés dans les semaines à venir», a assuré Lutgen, précisant que le centre d’étude du parti (CEPESS) recherchait d’autres sites précis.

Les neuf zones identifiées ont été déterminées à l’aune de différents critères, principalement la proximité d’axes de communication (rail, route ou fluvial), l’existence de surfaces disponibles, la présence d’activités économiques, mais aussi l’évolution de la hausse de la population wallonne.

Selon les prévisions démographiques, la Wallonie devrait en effet compter 330.000 habitants de plus d’ici 2030. «Au rythme actuel de construction de logements, on n’arrivera pas à répondre à ces besoins. Il faut donc construire de nouvelles villes», avertit le président du cdH. «Des villes qui soient les plus humaines d’Europe et qui pourraient servir de vitrine pour la Wallonie. La Wallonie dispose de toutes les compétences pour cela».

Pour les centristes, ces «nouvelles villes» wallonnes se devront de mélanger aînés et jeunes, offrir de l’emploi, mais aussi de la formation, des commerces. Tous les services collectifs (écoles, crèches,...) devraient en outre y être concentrés afin d’être accessibles «à moins de 10 minutes à pied».

Cette concentration urbaine, poursuit Lutgen, génèrera d’importantes économies d’infrastructures et d’équipements collectifs (moins de dépenses en voirie, en énergie, en canalisations diverses,...), la poursuite de l’étalement actuel de l’habitat se révélant impayable à long terme, tant en frais de déplacement que d’infrastructures collectives.

Les besoins financiers globaux pour ériger ces "nouvelles villes" pourraient en partie être financés en mobilisant une partie de l'épargne belge qui s'élève à 250 milliards d'euros, selon les voeux du cdH.

S’il est invité à former la prochaine coalition wallonne après le 25 mai, Benoît Lutgen a bien l’intention d’insérer cette nouvelle politique urbanistique dans la future déclaration de politique régionale (DPR), a-t-il précisé mercredi.