VERVIERS

Verviers: la régionale Ecolo critique le nouveau plan de transport de la SNCB

Verviers: la régionale Ecolo critique le nouveau plan de transport de la SNCB

EdA

La régionale Ecolo de l’arrondissement de Verviers a pris connaissance des premières informations relatives à la mise en oeuvre sur le terrain du nouveau plan de transport de la SNCB. Les informations diffusées sur ce plan de transport ont déjà provoqué de vives réactions des associations de voyageurs, à raison.

En effet, ce plan, approuvé par le Conseil d'administration de la SNCB, composé
uniquement par des représentants des partis libéraux, humanistes et socialistes, manque cruellement d'ambitions au moment où chacun se plaît à rappeler la nécessité d'offrir aux Belges des alternatives à la voiture pour se rendre au travail, à l'école, au concert, ou chez ses proches. Tout au contraire, la qualité de l’offre est menacée et particulièrement en milieu rural. Que dit le ministre de tutelle Jean-Pascal Labille ?
Au niveau régional ce plan de transport irresponsable et désastreux est notamment marqué par :
1. un accroissement assez généralisé des temps de parcours pour tenter de lutter ainsi contre les très mauvaises performances de ponctualité (ex. Liège Guillemins – Verviers Aller et Retour) ;
2. des horaires de trains non adaptés aux horaires scolaires (sur la ligne Gouvy –
Vielsalm – Trois-Ponts) ce qui entraîne de longues attentes surtout pour le retour à domicile, étant donné que ces attentes doivent s’effectuer à l’extérieur à cause de la fermeture des gares de Vielsalm (après-midi) et celle de Trois-Ponts (en  cas de pénurie de personnel) et cela dans des conditions climatiques souvent très pénibles ;
3. une obligation pour beaucoup de parents d’élèves et de navetteurs à trouver
d’autres moyens de locomotion qui se résument souvent à l’utilisation de la voiture surtout en milieu rural ;
4. la suppression des trains et fermeture de gares supplémentaires,  conséquences inévitables de ce changement de déplacement forcé et de la  diminution de la fréquentation des trains qui en découle ;
5. une refonte de l'offre IC-IR dont on pressent qu'elle touchera les petites gares et/ou rallongera le temps de parcours des trains directs.

Malgré l’augmentation du nombre de voyageurs constatée, l'offre globale de trains n'augmentera pas durant les trois prochaines années. Il s’agit d’une logique incompréhensible et inacceptable pour la Régionale Ecolo de Verviers.

Le dogme d'une SNCB qui transporte les voyageurs d'une grande ville à l'autre aux heures de pointe, sort renforcé par ce plan de transport et ce, une fois de plus, au détriment des usagers en zone rurale qui vont en subir les conséquences en première ligne.

La Régionale Ecolo de Verviers est indignée devant cette décision car il s’agit de
nouveaux signaux désastreux adressés à l'automobiliste qui souhaiterait changer de comportement et à celles et ceux qui resteront à quai. Le plan de transport de la SNCB passe à côté des enjeux de mobilité du 21 siècle. En ayant approuvé ces mesures touchant directement notre arrondissement, les administrateurs PS, CDH et MR de la SNCB ainsi que le ministre de tutelle M. Labille portent une lourde responsabilité dans cette décision.