JUSTICE

Matches truqués : Gilbert Bodart, « l’homme traqué »

Matches truqués : Gilbert Bodart, « l’homme traqué »

Selon son avocat, Bodart aurait vu les siens être menacés. Belga

L’ancien gardien, devenu entraîneur des «Loups», aurait été privé de son libre arbitre, vu les menaces effrayantes adressées à sa famille.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a entendu hier les plaidoiries des avocats de Gilbert Bodart, de Cliff Mardulier et de Filippo Gaone. Pour le premier, Me Nathan Mallants a plaidé l’acquittement sur toute la ligne. Selon l’accusation, l’ancien gardien des Diables rouges est devenu un homme de main de Yé et de Gaone quand il est devenu l’entraîneur des Loups et il aurait lui-même remis des enveloppes aux joueurs pour perdre des matches. Son avocat a relevé que plusieurs de ces remises d’enveloppes sont contestées et que les destinataires n’ont pas été entendus, de sorte que le doute au moins doit bénéficier au prévenu.

Concernant la liasse de billets remise à Dusan Belic, Bodart a avoué mais Me Mallants plaide l’acquittement sur ce terrain aussi. En effet, les menaces physiques adressées à l’ancienne gloire des Rouches et à sa famille surtout peuvent lui valoir l’abandon des poursuites s’il a agi sous la contrainte. Or, le dossier fourmille de détails à propos des méthodes de Yé et des projectiles qu’il entendait loger dans l’abdomen de ses «partenaires» réticents à perdre des matches.

«Protège les tiens, ils vont tous crever. Et, juste avant, on violera ta fille!», lui aurait dit en substance Zheyun Yé. Parce qu’apprendre à perdre contre son gré serait plus facile à dire qu’à faire, quant tous les repères moraux et éducatifs indiquent qu’on monte sur le terrain pour gagner, pas pour perdre.

Pour Cliff Mardulier, l’ancien gardien réserve du Lierse, Me Thierry Guilain a plaidé dans le même sens. Ses arrêts exceptionnels ont fait le tour de toutes les télévisions pour un match qu’il devait perdre! Et Yé lui aurait mis physiquement un pistolet sur la tempe, le rendant responsable de cette victoire «qui va anéantir le club ». Puisque le grand chantage consistait à perdre des matches pour dévaluer le club et faciliter son rachat. Chaque fois qu’un match a été gagné, il a fallu rembourser l’argent de la corruption!

En outre, le gorille du «Chinois» a menacé Mardulier en lui indiquant que, lors du prochain match, il serait présent en personne dans les gradins. Et l’étoile montante n’avait que 22 ans, à l’époque. Bref, Me Guilain retient également la contrainte irrésistible. Plus, il estime que le pacte de corruption a été conclu par la direction de son club de l’époque. De sorte que son client n’aurait jamais été animé d’une intention frauduleuse et qu’il mérite l’acquittement.

Demain, plaidoirie pour Laurent Denis, le bras droit de Gaone.

Nos dernières videos