MOBILITÉ -

Les taxis augmentent de 20 centimes à Bruxelles

Les taxis augmentent de 20 centimes à Bruxelles

Les taxis coûteront plus cher.

Le tarif II des taxis bruxellois, en vigueur hors des 19 communes, va disparaître. Mais cette disparition d’un tarif plus cher est quelque peu compensée par une augmentation de 20 centimes sur le tarif «intérieur».

Le tarif II des taxis bruxellois, qui s’applique en dehors des 19 communes, va disparaître. Mais le tarif I, en vigueur dans les 19 communes, augmentera de 20 centimes pour passer d’1,80 euros à 2 euros, ressort-il d’un communiqué envoyé mardi par la ministre bruxelloise des Transports, Brigitte Grouwels, et le ministre-président, Rudi Vervoort.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre d’un «plan d’action pour augmenter la rentabilité du secteur des taxis». À travers ce plan, la Région souhaite en outre faire en sorte que ce secteur profite de l’augmentation du nombre de déplacements à Bruxelles entraînée par le boom démographique.

Un des tarifs les moins chers de Belgique

Partant du constat que le système tarifaire actuel se caractérise par «une rentabilité négative engendrant un manque de transparence», dont l’utilisation erronée du tarif II en zone tarif I, les deux ministres ont annoncé une révision des tarifs au lendemain d’une table ronde associant le secteur. Un tarif unique verra le jour.

«Le tarif I bruxellois fait partie des tarifs les meilleur marché de Belgique. L’instauration d’un tarif unique permettra en outre de clarifier la situation pour tout le monde», a souligné Grouwels.

Le 1er mai, le tarif I était déjà passé de 1,66 euro à 1,80 euro. Il s’élèvera dorénavant à 2 euros. L’heure d’attente s’élèvera toujours à 30 euros par heure, la prise en charge à 2,4 euros et le supplément de nuit à 2 euros.

À Anvers, le tarif unique s’élève déjà à 2 euros, contre 2,20 euros à Gand, 2,50 à Zaventem et 1,50 euro (tarif I) ou 2,30 (tarif II) à Liège.

Le nouveau tarif doit entrer en vigueur avant la fin de la législature.

Sur les sites propres

Cette réforme permettra de réduire le coût des courses vers l’aéroport de Zaventem, a souligné Grouwels. Elle sera accompagnée d’une réduction de la taxation régionale, qui passera de 575 euros par an à 200 euros, et d’une augmentation du nombre de chèques taxis régionaux.

Ce plan vise par ailleurs à accroître la vitesse commerciale des taxis. Les sites propres régionaux des transports en commun leur seront ouverts. Une concertation sera organisée pour les sites communaux.

Des partenariats seront lancés avec les organisateurs d’événements afin d’intégrer les taxis dans les différents plans de mobilité. Un partenariat est d’ores et déjà prévu avec Visit Brussels.

Une application destinée aux «smart phones» sera élaborée. Elle permettra aux clients qui se rendent à Bruxelles depuis l’aéroport de réserver un taxi bruxellois.

«Ambassadeurs»

«Mon ambition est de faire des taxis de véritables ambassadeurs de la Région. Bien souvent, les taxis sont le premier contact avec les touristes, les hommes d’affaires, les diplomates qui arrivent à Bruxelles. Pour les Bruxellois, le service des taxis, mission de service public, doit représenter une alternative et un complément à la voiture privée», a expliqué Vervoort.

D’autres mesures sont envisagées, dont l’instauration d’un tarif minimum après 2016. Les modalités et le montant de celui-ci seront discutés dans le courant de l’année prochaine.