Judiciaire -

Il devait se marier en janvier, mais a été incarcéré: les noces auront lieu en mars

Il devait se marier en janvier, mais a été incarcéré: les noces auront lieu en mars

Le futur marié a été incarcéré en septembre. Mais la justice a octroyé un sursis de cinq ans sur la peine qui lui avait été infligée: les noces pourront dès lors se tenir en mars... glogoski - Fotolia

Un homme qui devait se marier à Bruxelles le 27 janvier a été incarcéré pour vente de cocaïne et d’héroïne. Le tribunal de Tournai lui a octroyé un sursis sur sa peine. Le mariage avait été postposé en mars, il pourra donc avoir lieu.

Le tribunal correctionnel de Tournai a octroyé, mardi, un sursis simple de cinq ans sur la peine de quatre ans de prison prononcée par défaut le 22 septembre 2013 à l’encontre d’un ressortissant marocain en séjour illégal en Belgique, coupable d’avoir vendu de l’héroïne et de la cocaïne en Belgique entre avril 2011 et mai 2012. Ignorant qu’il avait été condamné, le jeune homme avait lancé une procédure de mariage mais la justice l’a rattrapé.

Le jeune homme comptait se marier le 27 janvier dernier dans la région de Bruxelles, «un mariage d’amour et non un mariage blanc» selon sa défense, mais l’officier de l’État civil de sa commune d’adoption lui a signifié qu’il faisait l’objet d’une mesure de capture après avoir été condamné par défaut en septembre 2013 à Tournai. Le jeune homme s’est immédiatement rendu à la police et a été incarcéré.

Mardi, le tribunal lui a octroyé un sursis sur la peine de quatre ans prononcée par défaut. Il pourra donc sortir de prison une fois que le délai d’appel de quinze jours sera épuisé. Cela tombe bien car son mariage avait été postposé en mars. Le tribunal a aussi diminué le montant de confiscation, on passe de 236572 euros à 159074 euros.

Le tribunal a estimé que la peine de quatre ans s’imposait vu la longueur de la période infractionnelle, la qualité et la quantité des produits vendus. Cependant, le jeune homme n’avait aucun antécédent judiciaire en Belgique.