Édition

Mort inopinée de l’écrivain Alain Bertrand

Mort inopinée de l’écrivain Alain Bertrand

C’est la consternation dans les milieux littéraires belges où Alain Bertrand était très apprécié.

La consternation et la tristesse se sont abattues, hier, dans le petit monde de la littérature belge. L’écrivain, éditeur et professeur de français (à Bastogne), Alain Bertrand est décédé inopinément ce week-end, sans doute d’un accident vasculaire cérébral. Il avait 55 ans.

Né à Gand, l’homme était depuis de nombreuses années un véritable Luxembourgeois d’adoption. Il avait publié une quinzaine de livres et romans chez divers éditeurs. Mais surtout, il était depuis deux ans et demi la cheville ouvrière, avec un autre écrivain, Chritian Libens, de la collection Plumes du Coq chez Weyrich. Une collection dédiée aux écrivains wallons ou dont les histoires se déroulent en Wallonie. «Quelques heures avant sa mort, nous confie Christian Libens, nous étions encore au téléphone pour discuter de la collection. Nous sortons trois nouveaux romans dans le cadre de la Foire du livre. Nous devions y faire la fête avec tous nos auteurs, ce samedi.»

Nos lecteurs se souviendront aussi que cet été, un des romans d’Alain Bertrand, Le lait de la terre avait été publié dans L’Avenir.M.F.G.