Raoul Hedebouw (PTB-Go) : «Les socialistes tentent de nous diaboliser»

Raoul Hedebouw (PTB-Go) : «Les socialistes tentent de nous diaboliser»

Selon Raoul Hedebouw, porte-parole, le PTB est marxiste. Et le PS mène une politique de droite. Belga

Le PTB-Go perce dans les sondages. Magnette l’accuse d’affaiblir la gauche. Le PS tente de nous diaboliser, répond Raoul Hedebouw.

«Le PTB affaiblit le discours de gauche»… Dimanche, les propos de Paul Magnette, président du PS, alors qu’il était interrogé sur la Une à propos de la percée du parti d’extrême gauche dans les sondages.

Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB-Go, n’est évidemment pas d’accord.

«Le PS n’a pas besoin du PTB pour s’affaiblir en votant des mesures de droite comme la suppression des allocations ou les intérêts notionnels. En outre, je ferai remarquer à M. Magnette que dans toutes les communes, hormis Seraing, où le PTB a progressé nettement aux dernières communales, le PS n’a rien perdu, mais le MR bien . Je regrette que le PS tente de nous diaboliser pour éviter le débat de fond».

Jusqu’il y a peu, pourtant, l’appareil du PS tolérait la présence du PTB à sa gauche, estimant qu’un tel positionnement avait toujours existé. Les «pétébistes» étaient les cocos de service, les fous du roi. Mais depuis peu, les socialistes se font visiblement plus agressifs à l’égard du PTB-Go.

«Je crois qu’il a fallu 5 à 6 mois après les communales pour que le PS se rende compte que le mécontentement était grand au sein du peuple de gauche. Beaucoup se rendent compte que le parti a grandi, qu’il a une base solide, qu’il sort des études sérieuses. Après, on est pour ou on est contre. Mais au moins, reconnaissons qu’il y a chez nous désormais une vraie vision de société et que le PTB est devenu un phénomène durable dans le temps.»

« Un cartel avec le PS ? C’est non »

Mais alors, si le PTB est à gauche… d’un parti de gauche, pourquoi ne pas proposer à Magnette un cartel de type gauche-centre gauche, un peu à l’instar du cartel (plus à droite celui – là) du CD & V et de la N-VA?

« D’abord parce qu’il y a une solidarité entre les partis traditionnels, juge Raoul Hedebouw. Regardez à Liège; on est plus critiqué que le MR par le bourgmestre socialiste. On sent bien qu’un rapprochement gauche-gauche n’est pas possible. Ensuite, travailler, éventuellement, dans un cartel qui serait cadenassé en gouvernement par des mesures libérales dictées par l’Europe, ce serait impossible. Si c’est pour assurer une politique d’austérité, ce n’est même pas la peine. Notre vocation, c’est une opposition de gauche aux mains libres .»