PRO LEAGUE - Anderlecht

Anderlecht: les raisons de la colère

Anderlecht: les raisons de la colère

Van den Brom sous pression. Belga

Les supporters anderlechtois en veulent moins aux joueurs et à la direction qu’à John van den Brom.

+ Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport

On a déjà tout dit et écrit au sujet de John van den Brom et de la piètre qualité du football anderlechtois depuis un an. Nous restons persuadés que l’entraîneur anderlechtois n’est pas le seul et unique responsable du profond malaise qui règne actuellement au parc Astrid. Il n’empêche que le Néerlandais n’a rien fait pour tenter de reconquérir un chouïa de crédibilité et de popularité contre Mons.

Catalyseur de toutes les frustrations des sympathisants mauves, le T1 des champions de Belgique a été hué contre les Montois comme jamais nous n’avions entendu un entraîneur du Sporting l’être un soir de… victoire.

John van den Brom aurait voulu se tirer une balle dans le pied qu’il ne s’y serait pas pris autrement que dimanche en n’alignant que Cyriac en pointe au coup d’envoi avant de rappeler l’Ivoirien sur la touche au moment de faire monter Pollet.

JVDB, qui a très mal vécu la réaction du public bruxellois, conserve officiellement le soutien de sa direction. Celle-ci s’efforce de relativiser le courroux de son public mais reconnaît toutefois qu’il sera désormais très compliqué pour son mentor d’inverser la tendance et de retrouver une place privilégiée dans le cœur des supporters. «Quels que soient ses choix, ils sont désormais critiqués», soupire-t-on dans les coulisses de Neerpede.

Mais que signifiait exactement la bronca du stade Vanden Stock dimanche? «J’ai été l’une des dernières à défendre John van den Brom contre vents et marées car il avait l’excuse d’avoir perdu beaucoup de bons joueurs et de devoir bâtir une nouvelle équipe avec énormément de jeunes, explique Michou qui, en tant que tenancière de La Coupe depuis 30 ans, est idéalement placée pour connaître les sentiments qui habitent les fans mauves. Que ce soit dans mon café, dans la rue ou dans le stade, je me suis longtemps efforcée de calmer les esprits. Mais, depuis la défaite au Lierse avec une tactique incompréhensible, van den Brom est devenu indéfendable. Ses choix contre Mons, c’est la goutte qui a fait déborder le vase. Je n’en veux pas à Herman Van Holsbeeck car le noyau a suffisamment de qualités pour jouer le titre. La direction ne peut pas être d’accord avec un coach qui adapte son jeu à celui du Lierse et qui n’ose pas mettre deux attaquants contre Mons, c’est impossible.»