Jeux Olympiques - Bobsleigh à deux féminin

Les Belgian Bullets visent le Top 8

Les Belgian Bullets visent le Top 8

Grâce à leur nouveau bob, baptisé Spanky, Willemsen et Mariën se sont rapprochées des meilleures. Belga

Profitant de l’explosivité de l’ex-sprinteuse Hanna Mariën, le bob belge espère faire beaucoup mieux qu’il y a 4 ans.

Quatre ans après avoir pris la 14e place à Vancouver, un bobsleigh des «Belgian Bullets» va à nouveau s’élancer sur une piste olympique cet après-midi à Sotchi. À son bord: la pilote Elfje Willemsen (29 ans), déjà présente au Canada en 2010, et la «pousseuse-freineuse», Hanna Mariën (31 ans). Cette dernière, arrivée il y a un peu plus d’un an dans l’aventure, n’a pas été recrutée par hasard: médaillée d’argent aux Jeux olympiques de Pékin sur le 4x100 m avec Kim Gevaert, Elodie Ouedraogo et Olivia Borlée, Mariën peut faire parler sa puissance et son explosivité d’ex-sprinteuse. «Depuis qu’elle est arrivée, nous avons franchi un cap, avoue Willemsen. Un dixième de seconde gagné au départ, c’est trois dixièmes gagnés sur la ligne d’arrivée.»

Après une première saison passée à se familiariser avec sa nouvelle discipline, Hanna Mariën a enclenché la deuxième vitesse l’été dernier en effectuant essentiellement du travail de musculation et de conditionnement physique. Pendant huit mois, le duo n’a pas effectué la moindre descente, avant de reprendre le chemin de la Coupe du monde, fin novembre à Calgary. Avec un bobsleigh tout beau tout neuf, baptisé «Spanky». «Le matériel est primordial, glisse Mariën. Avec notre nouvel engin, nous avons gagné plus d’une demi-seconde par seconde.»

Après trois premières manches du Coupe du monde où elles ont terminé 10es (2x) et 12es, les «Belgian Bullets» ont progressé dans la hiérarchie en signant deux sixièmes et deux septièmes places en décembre et janvier. De quoi débarquer à Sotchi avec des ambitions revues un peu à la hausse.

«Nous visons une place dans le Top 8, ont-elles déclaré avant-hier. Ce qui nous permettrait de décrocher un diplôme olympique. On préfère rester prudentes, il peut encore se passer beaucoup de choses».

Dimanche, Elfje Willemsen et Hanna Mariën ont effectué leurs deux derniers entraînements, en terminant respectivement septième et troisième de ceux-ci. Elles ont poussé leur bob pour atteindre une vitesse maximale de 133,2 km/h, la plus élevée des participantes.

«Les entraînements se sont vraiment bien déroulés et nous faisons des progrès chaque jour. Mais on ne peut pas comparer les sessions d’entraînements avec la compétition, car beaucoup d’équipes ne donnent pas tout», a avoué Willemsen. « Notre départ est bien meilleur qu’auparavant, mais ce n’est pas encore parfait dans les courbes. Les entrées et sorties peuvent être améliorées et nous touchons encore trop souvent les parois. C’est difficile d’établir un temps sur cette piste, car elle ralentit durant la journée. La compétition aura lieu en soirée, la piste refroidie sera donc plus lente. Au vu des entraînements qui se sont effectués uniquement en journée, ce sera donc une nouvelle expérience.»

Deux manches sont programmées aujourd’hui, et deux autres demain. Le classement final est établi en additionnant les quatre chronos.P.A.