Plantation et reprise assurées

Quand il gèle, impossible d’arracher les plants pour transplantation. Quand il fait trop humide, c’est parfois le cas également. Surtout s’il faut intervenir avec de l’équipement lourd. Eléonore H - Fotolia

L’hiver clément reste favorable aux entrepreneurs de jardins et horticulteurs. Avec un bémol toutefois pour les mauvaises conditions d’arrachage de plants, dans des terrains parfois très détrempés. Les chantiers des particuliers, commandés avant l’hiver, ont pu être menés à bien sans retard par les professionnels du secteur. Dans les communes, l’absence de travail de déneigement, permet de dégager du personnel pour effectuer des plantations ou des tailles, habituellement pratiquées un peu plus tard.

Si le gonflement des bourgeons semble de bon augure sur les arbres fruitiers, trois jours de gel lors de la floraison peuvent anéantir la fructification attendue. De même chez vous, préparez quelques voiles d’hivernages pour protéger vos boutons d’hortensias ou autres en cas de retour du froid.

Dans les serres, les commandes de plantules sont peu à peu mises en place par les pépiniéristes. Si les frais de chauffage sont pour l’heure très réduits, ils n’auront aucune incidence sur le prix que vous paierez dans les semaines à venir pour vos potées de pensées, primevères et géraniums.

Les commandes des jardineries sont passées avant l’hiver chez les producteurs, en octobre-novembre. À des prix se basant sur une estimation des coûts de production. L’an passé, le poste chauffage avait été très important. Il fait partie des frais variables dont tout le monde prend une partie à sa charge; l’acheteur final aussi.